Rectifions les mystificateurs

CHRONIQUE / Cette semaine, pause dans ma série de chroniques sur la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Cette semaine, pause dans ma série de chroniques sur la ponctuation, parce qu'encore une fois, les rectifications orthographiques ont rebondi dans l'actualité, les éditeurs de manuels scolaires en France ayant décidé de les appliquer l'automne prochain. Et, encore une fois, tout le monde a pris le mors aux dents. Pourtant, les deux orthographes sont acceptées depuis plusieurs années, ici comme ailleurs.

En fait, je me demande ce qui me renverse le plus : le fait que les rectifications suscitent, 25 ans plus tard (eh oui! elles datent de 1990), une réaction si forte qu'elles semblent avoir été décidées hier, ou alors toutes les faussetés à leur sujet. Tellement de gens en parlent à tort et à travers! De grâce, renseignez-vous, consultez un des nombreux documents ou sites internet qui les résument et cessez de répandre des informations erronées! Je compte d'ailleurs sur vous, chers lecteurs et lectrices, pour « rectifier » les colporteurs de sottises, dont celles qui suivent.

On pourra désormais dire « des chevals ».

J'aimerais bien savoir qui l'a inventée, celle-là. C'est complètement faux! Giflez le coupable si vous le trouvez.

Tous les accents circonflexes disparaissent.

Pas si vite! Les accents circonflexes sur le a et le o restent. Ce ne sont que ceux sur le i et le u qui disparaissent, parce que, phonétiquement, ils n'avaient plus d'utilité. Il n'y a aucune différence de prononciation entre bûche et ruche, chapitre et épître, goût et égout. Par contre, on a conservé les accents circonflexes qui évitent une confusion : jeune et jeûne, du et , sur et sûr, mur et mûr, je crois (croire) et je croîs (croitre).

Les ph sont remplacés par des f : il faudra écrire « nénufar », « éléfant »...

Mais où avez-vous pêché ça? Nénuphar est le seul mot rectifié ainsi. Rangez-vos filosofie et vos fotografe! Nénufar retrouve le f qu'il a déjà eu dans le passé parce qu'il vient de l'arabe, pas du grec. Pour une fois que ce sont les dictionnaires qui se sont trompés, vous devriez être contents!

On nivelle par le bas, on se dirige vers une orthographe au son, parce que nos jeunes ne veulent plus faire d'efforts.

Vous devez savoir une chose : les rectifications orthographiques émanent du Conseil supérieur de la langue française en France. PAS DU MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION! Ni ici, ni en France, ni ailleurs! Les résultats scolaires des jeunes en français ne sont aucunement la raison de ces changements. Ce sont un certain nombre d'incohérences de la langue qu'on a voulu corriger. Demain, il faudra encore savoir distinguer ça et sa, mes et mais, sont et son, envoyer et envoyé...

Perles de la semaine

Un petit Sportnographe?

« On cogne à la porte de la fenêtre... »

« Marc Bergevin parle tous les jours à ses homonymes. »

« Faut redouter d'ardeur! »

« Des buts gagnants, ça en prend pour gagner. »

« Je lui ai lancé une perche et il a mordu dedans à plein nez. »

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer