• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Huu Bac Quintet : quand les cultures se mélangent 

Huu Bac Quintet : quand les cultures se mélangent

Huu Bac Quach entouré des autres membres de... (Photo Loto-Québec)

Agrandir

Huu Bac Quach entouré des autres membres de son quintette: Guillaume Martineau, Marie-Neige Lavigne, Étienne Mason et Jean-Félix Mailloux.

Photo Loto-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Les amateurs de musique du monde seront sans contredit bien servis avec le Huu Bac Quintet. Le fondateur Huu Bac Quach, un jeune Vietnamien arrivé au Québec à l'âge de deux ans et totalement intégré à sa société d'accueil, joue de plusieurs instruments exotiques, auxquels il ne se gêne pas d'insuffler des accents nord-américains, dans un mélange harmonieux de cultures.

En 2015, Huu Bac Quach a été l'un des cinq artistes retenus par le jury des Entrées en scène Loto-Québec, un concours qui permet de choisir parmi 19 artistes ceux qui bénéficieront d'une visibilité unique à la Bourse Rideau, la plus grande vitrine de la scène francophone en Amérique. Les candidats retenus peuvent ainsi effectuer une tournée durant l'année, allant à la rencontre du public québécois, qui a la chance de les découvrir.

« Mon projet et mon but, c'est d'exprimer, de la façon la plus honnête possible, mon parcours, ma réalité d'artiste », confie Huu Bac Quach, dans un français impeccable coloré d'un pur accent québécois.

« C'est certain qu'à la base, je suis Vietnamien. Mais j'ai surtout subi les influences nord-améri-

caines du jazz. C'est moins exo-tique, mais son vocabulaire, avec lequel je suis plus à l'aise, me permet de joindre tous ces instruments et les autres cultures, pour pouvoir créer. C'est la création qui nous définit le mieux », témoigne Huu Bac Quach.

Dan bau, erhu, quena... guitare!

Ses instruments de prédilection paraissent de facture minimaliste. Il y a d'abord le dan bau, un monocorde vietnamien, qu'il a appris en fréquentant le maître

Pham Duc Thanh. Il pince l'unique corde de la main droite, alors que la gauche modifie sa tension, produisant ainsi des harmoniques différents. Puis l'erhu, ou violon chinois, a deux cordes, ce qui limite l'étendue des oc-

taves, créant des mélodies souvent mélancoliques.

Quant à la quena, c'est une flûte sud-américaine de bambou, qu'il a appris à maîtriser avec le renommé compositeur péruvien Lucho Quequezena, qui l'a invitè à un partage musical avec le groupe Sonidos Vivos, au Pérou. Enfin, Huu Bac Quach joue de la guitare jazz, l'instrument avec lequel il a acquis sa formation musicale, symbole américain par excellence.

« Ici, c'est un pays jeune, contrairement à l'Europe et à la Chine. C'est plus facile... Ma musique rejoint l'esprit du jazz de l'Amérique du Nord, un mélange d'influences comme la musique des esclaves noirs africains, la salsa des Cubains et la bossa-nova du Brésil... »

Tout un mélange de cultures qui teinte aujourd'hui ses compositions et les prestations de son quintette. Ce dernier se compose de Guillaume Martineau au piano, Marie-Neige Lavigne au violon, Jean-Félix Mailloux à la contrebasse et Étienne Mason à la batterie.

Par le passé, Huu Bac Quach a enregistré des pièces pour un projet de Robert Lepage, entre autres, et les spectacles Toruk (2015) et Totem (2009) du Cirque du Soleil. Il avoue que deux projets de disques sont dans l'air,

dont l'un s'intitulera On the Steps of St-Paul's, à paraître au printemps 2016.

Vous voulez y aller?

Huu Bac Quintet

Ce soir, 20 h

Salle Dussault de Thetford Mines

Entrée : 24 $

Demain, 20 h

Auditorium Montignac de Lac-Mégantic

Entrée : 30 $ (étudiants : 15 $)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer