Vance Joy revient conquérir Québec

Idole de la nouvelle génération, le chanteur australien... (La Presse, David Boily)

Agrandir

Idole de la nouvelle génération, le chanteur australien Vance Joy se produira ce soir dans un Théâtre Granada complet depuis déjà plusieurs semaines.

La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Devant l'accueil des plus chaleureux que le Québec lui a réservé l'été dernier, Vance Joy ne s'est pas fait prier pour revenir dans la belle province. Pour cette nouvelle série de concerts qui l'amène à Sherbrooke, Québec et Rimouski, l'Australien sera entouré d'une formation élargie, où saxophone et trompette enrichissent son répertoire.

Difficile de rêver d'un début de carrière plus réussi que celui de Vance Joy. L'Australien, né James Gabriel Keogh, a lancé pas moins de six extraits de son album Dream Your Life Away, sept si on compte « Fire and the Flood », présent sur la version deluxe de l'enregistrement. Dans le lot, le grand succès « Riptide », qui lui a ouvert toutes grandes les portes du milieu.

« Je crois qu'on a eu un bon parcours et je me sens très chanceux d'avoir ça comme introduction à ma carrière. Je suis très satisfait des pièces [que j'ai enregistrées] et j'ai toujours autant de plaisir à les jouer. Ça peut prendre du temps à écrire, à avoir la confiance que les chansons sont bonnes, mais par la suite, peu importe combien de fois vous les jouez, vous avez encore du plaisir à les interpréter. »

Aux côtés de Taylor Swift

Quand l'Australien a vu le succès remporté par « Riptide », lancé quelques mois avant son premier album, il a mis les bouchées doubles pour que ses autres créations soient à la hauteur. Visiblement, il s'est bien tiré d'affaire, puisqu'il s'est retrouvé à bourlinguer un peu partout autour de la planète pour aller à la rencontre du public. Il a même été recruté pour chauffer les planches d'une certaine Taylor Swift durant une longue séquence de spectacles, de mai à décembre 2015.

« C'était une belle expérience, constate-t-il. C'était un peu épeurant de faire les premiers arénas et les premiers stades, mais je crois que vous apprenez beaucoup en jouant devant autant de gens. Nous nous sommes énormément améliorés en tant que groupe. Je suis très heureux que nous l'ayons fait. »

Vance Joy n'est pas ressorti de l'aventure avec un projet commun impliquant Taylor Swift, comme l'écriture d'une chanson. En revanche, il a suffisamment côtoyé l'Américaine pour n'avoir que de bons mots à dire sur elle.

« Elle est adorable. Très détendue. C'est une personne amusante et aussi très généreuse de son temps. Je suis un grand fan. C'est une artiste spéciale, qui a beaucoup d'impact sur les gens. »

Maintenant qu'il fait de nouveau cavalier seul, Vance Joy a mis sur pied son propre spectacle - le plus long qu'il ait proposé jusqu'à maintenant - durant lequel il se permet de jouer autant ses propres titres que quelques reprises. Il a conservé essentiellement la même équipe, à laquelle se sont joints saxophone et trompette, question d'ajouter de nouvelles teintes à l'offre.

Le français du frérot

Si l'anglais demeure sa langue maternelle, attendez-vous à ce que Vance Joy vous fasse la causette en français durant ses concerts. Il a de ce côté un excellent professeur : son frère.

« Mon frère étudie à Ottawa. Il parle français, car il a étudié la langue. J'aime être à Montréal ou à Québec quand il est là, car il commande la nourriture, il se charge de parler, c'est bien de l'avoir aux alentours! »

Quand Vance Joy évoque son agenda, il semble y avoir bien peu de cases pour les temps libres. Entre deux représentations, il continue de pondre des chansons pour son prochain album, qu'il espère lancer d'ici un an, pour ensuite repartir en tournée et composer de nouveau. Dans l'intervalle, pas question de rompre les liens avec Melbourne et l'Australie, même si ça pourrait sembler plus simple afin de garder un meilleur contact avec l'Amérique du Nord.

« Quand je suis allé à la maison, récemment, j'ai passé trois semaines à Melbourne et j'ai senti une distance de la musique, de cette frénésie et c'était une bonne chose. J'ai aimé ça. Et c'est pourquoi j'aime que l'Australie soit une place où je peux retourner. Vous pouvez renouer avec les amis, les membres de la famille et oublier un peu que vous faites de la musique!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer