S'amuser, jouer, créer

L'artiste-peintre Louisette Gauthier-Mitchell aime jouer dans l'espace des... (Spectre, Jessica Garneau)

Agrandir

L'artiste-peintre Louisette Gauthier-Mitchell aime jouer dans l'espace des toiles qu'elle considère comme de véritables parcs d'attractions.

Spectre, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Chaque toile est un parc d'attractions, et l'artiste Louisette Gauthier-Mitchell n'a aucunement l'intention de s'arrêter de jouer. Bien au contraire. Lorsque son amie et commissaire Françoise Le Gris lui a proposé Anima/Animaux il y a trois ans, la peintre de Stanstead s'est empressée d'ajouter à la future sélection de ses oeuvres un flot de triptyques de plus petit gabarit qui viendront s'insérer au coeur des grands formats présentés dès samedi au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

« Je ne voulais surtout pas présenter que des oeuvres anciennes et donner l'impression que je suis finie. Et de toute façon, je veux continuer à créer. Le contact avec la création me rajeunit. Si je ne regarde pas dans le miroir, j'ai la conviction d'être encore très jeune », lance-t-elle dans un rire franc.

Louisette Gauthier-Mitchell le raconte avec un enthousiasme magnifique : à 74 ans, elle est habitée plus que jamais par une quantité incroyable d'images. « Je ne sais pas si c'est parce que j'ai conscience que le temps s'effrite, mais les images se bousculent parfois à une vitesse folle et j'arrive tout juste à les livrer sur la toile. »

Heureusement, l'ancienne professeure en arts plastiques de l'UQAM a progressivement délaissé l'huile au fil des ans pour intégrer des techniques comme l'encre, l'aquarelle ou l'acrylique lui permettant de trouver son rythme en accéléré.

Poupée vraiment aimée

Originaire d'Alma, Louisette Gauthier-Mitchell prend sa retraite de l'enseignement en 1997 et décide de venir s'installer dans les Cantons-de-l'Est, à Stanstead. Celle qui expose depuis le milieu des années 1980 se questionne alors sur ce qu'elle a jusque-là vraiment aimé. « La réponse qui m'est venue rapidement, c'est ma poupée qui m'avait accompagnée pendant ma jeunesse. »

C'est ce qui deviendra alors la thématique de sa prochaine exposition, aussi organisée par Françoise Le Gris. « Mais il y a quelques années, en regardant le travail de Louisette, on s'est rendu compte qu'au fil de toutes les expos, de toutes les thématiques, de toutes les époques, la figure de l'animal revenait constamment. Il était toujours présent. »

Ainsi a pris forme le voyage onirique Anima/Animaux qui occupera l'étage du MBAS jusqu'au 28 mars et pour lequel il vaut mieux prévoir quelques allers-retours. Le monde imaginaire de Louisette Gauthier-Mitchell est dense en couleurs, en images, en histoires et en émotions. On passera de longs moments devant plusieurs oeuvres, c'est ainsi.

« Ce qui compte pour moi, c'est de jouer et de transformer, de demeurer en continuel renouvellement, mentionne l'artiste-peintre. Au final, ça m'aura peut-être nui dans ma carrière artistique, parce qu'on n'a jamais pu m'apposer une étiquette claire, mais je n'en veux pas. Il faut savoir comment avoir un langage singulier en se connectant avec soi-même. »

Du très personnel, Louisette Gauthier-Mitchell touchera ainsi le grand universel, de l'espoir à la bêtise guerrière humaine magnifiquement incarnée par un cochon en boucherie. La récurrence de divers éléments d'une oeuvre à l'autre est aussi remarquable.

« Je crée toujours un point par lequel on peut entrer dans l'oeuvre », confie Louisette Gauthier-Mitchell afin de guider les visiteurs.

Vous voulez y aller

Anima/Animaux

Louisette Gauthier-Mitchell

Musée des beaux-arts de Sherbrooke

Du 30 janvier au 28 mars 2016

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer