Seize regards sur l'art mobile

Cofondateur du collectif Mouvement Art Mobile, l'artiste sherbrookois... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Cofondateur du collectif Mouvement Art Mobile, l'artiste sherbrookois Érik Beck est un des maîtres d'oeuvre de l'exposition Mobilisations, qui s'amorce demain à la Maison des arts et de la culture de Brompton. L'exposition regroupe des oeuvres de seize artistes ayant en commun la création à l'aide d'appareils mobiles, mais aussi inspirée par ces appareils. Érik Beck pose ici devant une oeuvre de Marc Cinq-Mars, intitulée If only for an instant.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) L'art mobile, ce n'est pas la Joconde qui fait une balade en auto. Ni une installation sculpturale qui bouge toute seule grâce à un mécanisme. C'est plutôt la création avec les appareils mobiles qui font désormais partie intégrante de nos vies. On pense évidemment au téléphone intelligent, à la tablette, mais on inclut aussi le drone dans le lot. Et, évidemment, la première forme d'art à laquelle font penser ces appareils, c'est la photographie.

Mais on ne peut pas parler du téléphone intelligent et de la tablette en négligeant les milliers d'applications qu'ils offrent, tant celles destinées expressément à la création que celles qui, en dépit d'une utilité aucunement artis-

tique, se sont insérées dans notre vie au point de la changer profondément et d'ouvrir ainsi la porte à la réflexion... et à l'art.

« Et il faut aussi inclure tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, etc.), car ils sont étroitement liés à ces appareils », ajoutent Maude Charland-Lallier, directrice de la Maison des arts et de la culture de Brompton (MACB), et Érik Beck, un des trois fondateurs du collectif Mouvement Art Mobile (MAM). Tous deux ont préparé l'exposition Mobilisations, qui prendra son envol dimanche et qui regroupe des oeuvres des seize membres du MAM.

« C'est important pour nous que l'art mobile englobe plus que les appareils et la technologie. Ceux-ci restent le ciment qui lie toutes les oeuvres, mais leur principale répercussion, c'est d'avoir changé la façon de communiquer des humains. La mobilité, c'est d'abord celle des communications », ajoute Érik Beck.

« Cela permet aussi de faire une différence avec les clubs d'iPhonographie, qui sont plus cantonnés à la photographie avec iPhone. Nous, nous voulions élargir ça », rajoute celui qui a cofondé le MAM avec Sven et MissPixels, des artistes de Montréal et de Mirabel.

Pour élargir, c'est élargi. Certes, la photographie domine dans Mobilisations, mais le dessin, la projection vidéo, l'installation sonore et même la littérature ont leur place. Parmi les artistes recrutés au sein du collectif, deux illustres connus : l'animateur, comédien et humoriste Pierre Brassard ainsi que la documentariste Sophie Lambert. Le premier réalise des dessins (souvent à saveur éditoriale) sur sa tablette, la seconde mène une démarche créative poussée, exploitant les défauts et les imperfections des réseaux sociaux.

« Par exemple, elle a déjà mis en ligne des photos de nudité, sachant parfaitement qu'elles seraient censurées, et elle a créé à partir de cette censure », rapporte Maude Charland-Lallier.

Révolution numérique

Voilà déjà quatre ans que le Mouvement Art Mobile organise des expositions, conférences, ateliers et événements mettant leur type de création à l'honneur. Trois week-ends d'art mobile ont déjà eu lieu au Musée des beaux-arts de Sherbrooke. D'autres manifestations se sont déroulées à Montréal, Québec, Magog, jusqu'en Nouvelle-Zélande même, parfois dans des lieux aussi inusités qu'un Apple Store ou les bureaux de Moment Factory à Montréal.

« D'habitude, en art, un collectif crée une oeuvre commune, mais nous, c'est pour la promotion de l'art mobile et pour aider les artistes de ce créneau », précise Érik Beck, qui rapporte avoir retrouvé le goût de la création lorsqu'il a acheté son premier iPhone, il y a cinq ans. « Mais l'objectif ultime, c'est que les gens oublient que ce sont des oeuvres d'art mobile et qu'ils les considèrent comme des oeuvres à part entière », conclut-il.

Dans le milieu des arts visuels contemporains, on a déjà commencé à se préparer à cette révolution numérique « Par exemple, les musées : eux qui sont habitués à stocker des oeuvres dans des voûtes, comment feront-ils avec les oeuvres sur le web? » demande Maude Charland-Lallier.

Vous voulez y aller

Vernissage de Mobilisations

Mouvement Art Mobile

Dimanche 24 janvier, 14 h

Maison des arts et de la culture de Brompton

Entrée gratuite

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer