Mélissa Tardif : Les pinceaux voyageurs

Mélissa Tardif... (Vincent Cotnoir)

Agrandir

Mélissa Tardif

Vincent Cotnoir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) C'est en Amérique centrale, les deux pieds au milieu d'un orphelinat du Guatemala, que Mélissa Tardif a trouvé sa palette de couleurs, sa signature. Des contrastes qui, comme le décrit l'artiste peintre coaticookoise, oscillent entre le chaud et le froid, l'euphorie et la réflexion, le rêve et la réalité. C'était en 2004, lors de son premier voyage d'aide humanitaire.

« Le Guatemala a été une expérience difficile. J'étais exclue et je me demandais à quoi je pouvais bien servir, jusqu'au jour où j'ai eu l'idée de demander à des amies venues me rendre visite d'apporter mes pots de peinture dans leurs bagages. »

Une quinzaine de couleurs et trois à quatre pinceaux en main, elle se met alors à peindre une murale sur un des murs de l'orphelinat. Là où les mots semblaient se perdre entre deux cultures, l'art réussit à trouver son chemin. Les enfants se joignent spontanément à elle, souvent en silence.

En collaboration avec Secours Tiers-Monde, d'autres voyages et d'autres murales suivront. L'artiste globe-trotter, qui a une formation en éducation spécialisée, essaie de créer chez les jeunes un sentiment d'appartenance à leur école ou leur milieu de vie. Sa dernière réalisation au Honduras en 2013, elle l'a partagée avec sa fille Léa. Elle compte d'ailleurs bientôt faire à nouveau ses bagages.

« Toutes mes couleurs me viennent de mes voyages en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Des couleurs primaires un peu désorganisées avec des formes rondes et des courbes très latines. Ce sont elles qui guident ma création. Il y a deux moments où je suis le plus en contact avec moi-même : lorsque je voyage et lorsque je peins », raconte celle qui présente en ce moment certaines de ses toiles à la bibliothèque Françoise-Maurice de Coaticook.

Une première exposition solo

En 2011, Mélissa Tardif met sur pied D'un commun accord - Pinceau et guitare, une exposition à voir, à entendre et à lire. Conçue avec le guitariste compositeur Ghislain Caron, l'exposition regroupe une douzaine d'oeuvres, chacune mise en valeur par un texte de Mélissa et des pièces originales de Ghislain. À ce jour, l'exposition itinérante a fait six escales à travers le Québec, dont la dernière à Baie-Saint-Paul en 2015, et elle continue d'évoluer au rythme de sa créatrice. Certains tableaux en sont d'ailleurs à leur troisième version.

En attendant son prochain voyage, Pinceau et guitare séjournera au restaurant le Coffret de l'Imagination, du 24 juin au 24 octobre 2016, à deux pas de l'aire d'accueil de Foresta Lumina.  Vous aurez sans doute le plaisir de croiser l'artiste elle-même, car elle y travaille tout l'été avec sa mère Mona, laquelle est propriétaire de l'endroit.

« L'été dernier j'y ai travaillé 90 jours consécutifs, confie Mélissa en riant. C'est ce qui me permet de ralentir le rythme à l'automne et d'entrer dans ma période de création. »

« Un des points importants de mon développement artistique est que j'expose dans des lieux publics, des lieux populaires où des gens de tous les milieux découvrent mes oeuvres de façon spontanée. »

L'artiste ne néglige pas son côté entrepreneur, afin de garder son autonomie. Au fil des ans, elle a su s'entourer d'une équipe de professionnels qui lui permettent de gérer efficacement chacune des facettes de sa carrière, de la création à la vente, en passant par une offre minutieusement choisie de produits dérivés.

Mélissa Tardif travaille présentement sur un nouveau projet intitulé Mémoires, un concept alliant les trois dimensions qui lui tiennent à coeur : peinture, musique et écriture. Entre temps, on peut se plonger dans son univers en visitant son site web de même que jeter un coup d'oeil à son exposition Pinceau et guitare à www.pinceauguitare.com.

Avec leurs maisons dansant au sommet des collines... (Vincent Cotnoir) - image 2.0

Agrandir

Avec leurs maisons dansant au sommet des collines ou bercées par des vagues géantes, les oeuvres de l'artiste peintre coaticookoise Mélissa Tardif semblent s'animer devant nos yeux dans un univers de tons vifs et contrastants.

Vincent Cotnoir

Vous voulez y aller?

Vivre... de la création à l'introspection

Bibliothèque Françoise-Maurice de Coaticook

Jusqu'au 24 mars

En collaboration avec Coatic'Art

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer