Un film pour changer de vie

Les coréalisateurs du documentaire En quête de sens,... (Photo fournie)

Agrandir

Les coréalisateurs du documentaire En quête de sens, Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière, ont visité l'Inde, l'Amérique centrale, la Californie et la France pour recueillir des témoignages.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Au départ, il y a eu une fracture du pied. À l'arrivée, il y a un documentaire intitulé En quête de sens, qui arrive aujourd'hui au Québec. Mais surtout, il y a une vie complètement changée, celle de Marc de la Ménardière, un des coréalisateurs. S'il n'avait pas glissé sur ballon au basketball, jamais il ne serait parti, aux quatre coins du monde, à la recherche d'un nouveau sens à sa vie.

« Je me suis retrouvé deux mois au lit, à regarder des documentaires déprimants, sur l'état de la planète, la marchandisation du monde, la société de consommation... À l'époque, j'étais représentant pour une compagnie qui tentait d'exporter de l'eau embouteillée chez les Américains. Tous ces documentaires m'ont laissé un goût d'impuissance et de colère. Mais au lieu de devenir cynique ou schizophrène, j'ai décidé de partir à la recherche de gens qui construisent autre chose. »

Il faut préciser que ces documentaires (The Corporation, Food inc., The World According to Monsanto, etc.) lui avaient été prêtés par son ami d'enfance Nathanaël Coste, l'autre coréalisateur, cinéaste indépendant, qui revenait de tourner un documentaire sur l'accès à l'eau en Inde. Tous deux sont donc retournés dans ce pays, en plus de visiter l'Amérique centrale, la Californie et leur pays natal, la France, pour recueillir des témoignages. Très vite, il leur est apparu que leur document porterait moins sur les actions allant à l'encontre des dérives capitalistes que sur les motivations profondes de ceux et celles qui les posent.

Ce qui impliquait d'aller sur un terrain glissant, celui de la spiritualité. « C'était toute la difficulté, surtout pour des Français cartésiens et laïques comme nous! On cherchait des gens sages dans l'action : on est tombé sur des gens sages dans l'action... et spirituels. Parce que le problème n'est pas de trouver des alternatives, mais de remettre en question son rapport au monde, à la nature et à la matérialité, de redéfinir le bonheur, le progrès, la réussite... La crise écologique et économique n'est que le symptôme d'une vision du monde mécanique et marchande. »

D'abord produit avec leurs économies, avec une caméra de touriste et un minuscule micro, le film a pu être terminé grâce à la filière du sociofinancement : près de 1000 internautes ont fait un don. « On a demandé 12 000 euros et on en a eu 40 000. Si on ajoute la distribution, le budget est peut-être de 50 000 euros pour un film qui aurait dû nous en coûter 200 000. »

En quête de sens est sorti en France en janvier 2015. Nathanaël et Marc espéraient faire 20 000 entrées. Ils en sont à plus de 150 000.

« Ça s'est vraiment fait en mode combustion lente. Au départ, nous n'avions que sept copies. Mais nous nous sommes beaucoup déplacés, plusieurs associations nous ont aidés en sollicitant directement les cinémas. Le bouche-à-oreille a fait le reste. C'est un nouveau mode de distribution de films, pas du tout classique! Mais je crois aussi que l'heure est à ces idées-là. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer