• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Une sabbatique profitable pour L'amour est dans le pré 

Une sabbatique profitable pour L'amour est dans le pré

La quatrième saison de L'amour est dans le... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

La quatrième saison de L'amour est dans le pré aura été celle qui a attiré le plus d'inscriptions, tant du côté des agriculteurs que des prétendantes. L'animatrice Marie-Ève Janvier n'a pu que le constater : les téléspectateurs se sont ennuyés. Deux agriculteurs de l'Estrie et des Bois-Francs figurent d'ailleurs dans le quintette de cette année : Jean-Baptiste Rondeau, de Sainte-Élisabeth-de-Warwick, et Alexandre Ponton, de Sherbrooke.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) La sabbatique de L'amour est dans le pré en 2015 aura vraiment eu du bon : environ 1000 prétendantes et quelque 350 agriculteurs et agricultrices ont posé leur candidature pour la quatrième saison, qui s'amorce jeudi prochain à V. L'animatrice Marie-Ève Janvier, qui était tout à fait prête à reprendre les rênes, ne peut que le constater : les téléspectateurs se sont ennuyés.

« L'an dernier, beaucoup de gens m'ont confié leur déception ou me demandaient le pourquoi de cette pause. Je crois que V voulait un peu susciter la demande. Et, effectivement, cette année est la plus grosse en termes d'inscriptions. On était très loin de ça à la première saison. »

À quoi attribuer un tel succès? Marie-Ève Janvier a quelques hypothèses. « C'est un concept étranger qui avait déjà fait ses preuves. En Australie, je crois qu'ils en sont à la 9e ou à la 10e saison. C'est aussi une émission qui nous montre des gens normaux. Il n'y a ni prix ni somme d'argent en jeu. Les personnes s'inscrivent vraiment pour trouver l'amour ou pour vivre une belle aventure. Personne ne souhaite devenir une vedette de la télé. La vie reprend son cours après l'émission. »

« Actuellement, la télévision nous met beaucoup au défi : on place les artistes dans des contextes extrêmes, on met des concurrents dans des situations risquées ou précaires pour voir comment ils vont s'en sortir... L'amour est dans le pré va totalement à l'encontre de ça », ajoute-t-elle.

«La porte a toujours été ouverte aux agriculteurs déjà parents.»


L'émission est même appréciée du milieu agricole, car elle a contribué à montrer la réalité de la vie rurale et surtout l'immense somme de travail des agriculteurs.

Deux candidats dans la région

Depuis ses débuts, L'amour est dans le pré a vu se former sept couples (la troisième saison a été la plus « prolifique », avec quatre nouveaux couples), qui ont donné le jour à huit enfants. Mais certains concurrents, qui sont restés célibataires après le tournage, sont tombés amoureux par la suite, parce que l'émission les a fait voir. « Ils ont fait de nouvelles rencontres grâce aux réseaux sociaux », rapporte Marie-Ève Janvier.

Pour cette 4e saison, deux concurrents de l'Estrie et des Bois-Francs ont été recrutés : Jean-Baptiste Rondeau, de Sainte-Élisabeth-de-Warwick, et Alexandre Ponton, de Sherbrooke (arrondissement de Brompton). Il est d'ailleurs le tout premier agriculteur de l'émission à avoir déjà des enfants, en garde partagée.

« La porte a toujours été ouverte aux agriculteurs déjà parents, mais comme ce sont les candidats qui s'inscrivent, on n'a pas de contrôle là-dessus. La participation d'Alexandre va nous montrer une autre réalité : Alexandre tentera de trouver une fille qui comprendra sa situation de père de trois enfants en bas âge. »

Marie-Ève Janvier a su un mois avant le début du tournage qu'elle attendait la cigogne. Tout s'est quand même bien déroulé, même si les premiers mois de grossesse n'ont pas été faciles, avec tout leur attirail de symptômes indésirables.

« C'est quand même spécial, dans ces instants-là, d'entendre ta mère qui te dit que tu vis une des plus belles choses de ta vie », raconte-t-elle en riant.

Si cela n'avait été de cette petite fille attendue pour la fin de février ou le début de mars (ils cherchent toujours le prénom), Marie-Ève et son conjoint Jean-François Breau auraient lancé un nouvel album dans deux mois, ce qui est évidemment impensable dans les circonstances.

« Ce sera donc pour l'automne, mais nous sommes justement en studio en ce moment. Ce sera un album de style folk, le disque parfait pour partir en voyage », annonce-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer