Il danse

Olivier Dion... (Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

Agrandir

Olivier Dion

Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Certains l'ont peut-être oublié, mais lorsqu'il a participé à Star Académie en 2012, Olivier Dion n'était pas le plus à l'aise au moment d'occuper physiquement la scène et de participer aux chorégraphies. Même son père, qui a longtemps fait partie de la revue musicale Le Groupe Show, avouait alors qu'après avoir appris à son fils à chanter, il devait maintenant lui apprendre à bouger. Quatre ans plus tard, non seulement Olivier Dion a été recruté pour la sixième saison de Danse avec les stars sur la chaîne TF1 en France, mais il a terminé au troisième rang. Petit bilan de parcours et vue sur l'année qui s'annonce pour celui qui interprétera D'Artagnan dès septembre dans la comédie musicale Les trois mousquetaires, au Palais des sports de Paris.

Pour quelqu'un qui bougeait timidement, on peut dire que tu as fait un sacré bout de chemin...

Je n'aurais jamais pu prévoir ça il y a quelques années... et mon père non plus! C'est d'ailleurs quelque chose dont j'étais conscient à l'époque de Star Académie et qui me préoccupait. Quand j'étais plus jeune, j'aurais aimé danser. Mon père me disait de simplement écouter la musique et de bouger dessus, pour m'améliorer. Ça m'est revenu en mémoire quand je me suis retrouvé le samedi soir à danser devant cinq millions de personnes! J'ai participé à cette aventure avec l'idée d'aller le plus loin possible, de me tester, de me dépasser. Je me suis dit que c'était l'occasion d'apprendre le plus possible dans un contexte assez unique. Le résultat est au-delà de mes attentes.

Tu avais quand même acquis de l'expérience avec Hairspray entre-temps...

À peine. Hairspray a été monté en environ trois mois, pour à peu près huit minutes de chorégraphie à apprendre. À Danse avec les stars, nous avions quatre jours pour monter une danse par semaine, puis deux danses à partir de la sixième semaine, puis trois les deux dernières semaines. Et ce n'est pas terminé, parce qu'il y a maintenant une tournée de spectacles de 27 dates qui s'amorce dans les Zéniths de France. Je vais y reprendre deux numéros de la finale, le tango et le Bollywood, toujours avec Candice Pascal. Je manquerai seulement le premier spectacle, parce que je dois faire un numéro dimanche au gala Célébration 2016, un medley avec Brigitte Boisjoli et David Thibault.

Devais-tu répéter Les trois mousquetaires en même temps que Danse avec les stars?

Heureusement non. Par contre, il y a eu beaucoup de promo à faire, le tournage d'un nouveau clip en Bretagne [Un jour, chantée par Damien Sargue, alias Aramis], ce qui fait que j'avais quand même des semaines très chargées. Il y a des moments où j'ai trouvé vraiment dur de tout concilier. Les véritables répétitions des Trois mousquetaires vont commencer en juillet, mais il y a eu l'automne dernier un atelier de quatre jours au cours duquel nous avons fait un enchaînement de A à Z avec toute la troupe. C'était vraiment impressionnant! Ça nous a donné une bonne idée de la mise en scène de Dominic Champagne et René-Richard Cyr. Mais je n'ai pu assister qu'à deux matinées sur les quatre jours.

Un album des Trois mousquetaires paraîtra-t-il avant le spectacle?

En avril en France. Il y aura aussi un autre simple radio. J'ignore pour l'instant si le disque sortira au Québec.

Qu'arrive-t-il avec ton prochain album à travers tout ça?

Je travaille déjà dessus, même s'il ne sortira pas en 2016. J'ai d'ailleurs profité de mes deux semaines ici pour travailler de nouvelles chansons avec des amis en studio. Je compte continuer pendant la tournée de Danse avec les stars. C'est un disque qui devrait se réaliser surtout ici, mais aussi à Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer