• La Tribune > 
  • Arts 
  • > « Le Bye bye ne doit jamais disparaître » 

« Le Bye bye ne doit jamais disparaître »

L'équipe du Bye bye 2015 : Patrice L'Écuyer,... (Ici Radio-Canada Télé)

Agrandir

L'équipe du Bye bye 2015 : Patrice L'Écuyer, Louis Morissette, Hélène Bourgeois-Leclerc, Pierre Brassard, Véronique Claveau et Laurent Paquin.

Ici Radio-Canada Télé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le mariage de Julie et Pierre Karl. L'ouverture du Centre Vidéotron. L'élection de Justin Trudeau. Les coupes en éducation. L'affaire Joël Legendre. Ce n'est pas le choix qui manque parmi les événements à parodier durant la dernière année. Lesquels se retrouveront dans le Bye bye 2015, le soir du 31 décembre?

Aux Hélène Bourgeois-Leclerc, Véronique Claveau, Pierre Brassard et Laurent Paquin se greffent deux joueurs majeurs : Louis Morissette, absent l'an dernier, et Patrice L'Écuyer, dont le dernier Bye bye date d'il y a 20 ans.

Louis Morissette, qui produit toujours la revue humoristique chez KOTV, se réjouit d'avoir eu l'idée de ramener ce vétéran qui avait sept Bye bye dans le corps. « Patrice a été très généreux, il était content d'être là. Son instinct comique est bon, il connaît bien le public québécois, il est très fort dans la parodie et la caricature. L'expérience, pour un Bye bye, c'est vraiment important. »

S'il a traversé une petite crise d'insécurité au début, Patrice L'Écuyer affirme avoir vite repris plaisir à faire de la parodie. Il a toutefois constaté que le mode de production a beaucoup changé en 20 ans. « C'est du sport! Rien n'est plus pareil. À l'époque, il n'était pas rare qu'on fasse des sketchs de trois ou quatre minutes. Aujourd'hui, c'est exceptionnel quand ça dépasse 1 minute 30 ou 2 minutes. »

L'acteur et animateur a aussi remarqué que les maquillages et les prothèses se sont beaucoup raffinés. « Dans le temps, si on avait un faux menton, il fallait faire attention. Dès qu'on bougeait un peu, ça décollait! » se souvient-il.

C'est parce qu'on ne lui offrait plus qu'une participation mineure qu'il avait cessé de faire des Bye bye. « Le dernier que j'ai fait, j'avais six ou sept répliques. J'avais dit à Stéphane Laporte [l'auteur], avec qui je m'entends à merveille : "Je trouve que je ne t'inspire pas." J'ai donc choisi de me retirer, puis on ne m'a plus redemandé par la suite. »

Ne comptez pas sur Patrice L'Écuyer pour révéler quoi que ce soit des personnalités qu'il a parodiées pour son retour. « On nous a fait signer un document où on s'engageait à ne rien dévoiler. C'était une première pour moi. S'ils font signer ça, c'est qu'il y en a déjà qui ont trop parlé! »

Alors, que peut-on dire de ce Bye bye? « On a joué sur le thème de la nostalgie, révèle Louis Morissette. C'est le retour de Jurassic Park, Mission : impossible, Poltergeist, ici de Piment fort, Les belles histoires, Les tannants. Et comme ce serait la 40e revue de l'année à porter le titre de Bye bye, on va peut-être aller jouer dans certaines archives. »

Absents les deux dernières années pour se consacrer à leur émission Les gars des vues, les Satiriques sont de retour. Les maîtres incontestés des effets spéciaux signeront trois segments, notamment l'ouverture.

Avocats frileux

Maintenant que le tournage a pris fin, Louis Morissette admet avoir dû composer avec des avocats de plus en plus frileux, qui surveillent chaque virgule. « Quand j'ai commencé il y a six ou sept ans, ils étaient moins intenses que ça. Ça va dans une certaine mouvance de la société, il faut faire bien attention à ce qu'on dit. »

« J'ai déjà fait Gregory Charles en culottes courtes, en manches courtes et maquillé noir de la tête aux pieds. Ce ne serait plus possible

aujourd'hui », raconte Patrice L'Écuyer, bien averti par Louis Morissette de l'intensité des commentaires sur les réseaux sociaux, ce qui n'existait pas il y a 20 ans.

Parler ou non des attentats? Pour Louis Morissette, c'est non. « Il ne faut pas oublier qu'il y a quelque chose de festif dans le Bye bye. Nous avions un numéro sur Adil Charkaoui, que nous avions écrit avant les attentats, et nous avons décidé de ne pas le faire. Ça prenait une autre tournure, le feeling aigre-doux n'aurait pas passé. »

On le sait depuis longtemps : Joël Legendre, qui excellait en imitations, ne sera pas du Bye bye 2015. Le diffuseur souhaitait éviter toute controverse autour d'une émission qui suscite déjà les commentaires les plus violents. L'acteur a depuis obtenu son émission à MusiquePlus, Lip Sync Battle : face à face, qui connaît un énorme succès. Pourrait-il revenir au Bye bye en 2016? « Je ne sais pas moi-même si je serai là l'année prochaine. Joël est fait pour ce type de show là, il va en refaire, c'est sûr », affirme Louis Morissette. Par contre, le scandale le concernant sera évoqué, ça, c'est certain.

« C'est vraiment Patrice qui prend la place de Joël. Pierre Brassard fait aussi beaucoup d'imitations », poursuit le producteur et comédien, dont la participation sera réduite pour son retour. Celui qui reprend le créneau occupé par Michel Courtemanche fera entre autres trois ou quatre personnages qu'il a déjà parodiés, dont l'incontournable Stephen Harper. « En espérant le faire pour la dernière fois », dit-il avec un mélange de rire et de satisfaction.

Sans costumier

Parmi les facteurs qui compliquent la réalisation d'un Bye bye, il y a certainement les réseaux sociaux, où tout défile à une vitesse vertigineuse. « Le défi d'originalité est encore plus grand. Les gags de déversement dans le fleuve, il y en a eu 1000 dans la semaine qui a suivi l'événement. » La fermeture de l'atelier de décors et du costumier de Radio-Canada a aussi forcé

les producteurs à redoubler de débrouillardise.

Comme Patrice L'Écuyer et plusieurs de ses collègues, Louis Morissette se la coulera douce dans le Sud avec sa famille le soir du 31. Un repos bien mérité pour celui qui s'est confié à nous au lendemain d'une nouvelle opération majeure à l'épaule droite.

S'il y a une chose qui n'a pas changé depuis 20 ans pour Patrice

L'Écuyer, c'est que le Bye bye demeure l'émission qui suscite le plus de chialage. « Daniel Gourd [ancien vice-président de Radio-Canada] m'avait dit qu'il avait arrêté le Bye bye entre autres parce que les femmes de politiciens appelaient pour se plaindre de ce qu'on avait dit sur leur mari. Il trouvait que c'était trop compliqué à gérer. J'avais été totalement outré », se souvient-il.

Patrice L'Écuyer croit fermement en l'importance de maintenir la tradition du Bye bye, l'émission la plus regardée de l'année. « C'est une institution qui ne doit jamais disparaître. Il n'y a pas une place dans le monde où tout le monde s'arrête pour regarder une émission de télévision. »

Vous voulez regarder?

BYE BYE 2015

Jeudi 31 décembre, 23 h

Vendredi 1er janvier, 21 h

ICI Radio-Canada Télé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer