Films courts pour journées courtes

Sophie Cadieux est porte-parole du Festival de courts... (La Presse, Édouard Plante-Fréchette)

Agrandir

Sophie Cadieux est porte-parole du Festival de courts métrages Le Jour le plus Court, qui se déroule du 18 au 21 décembre.

La Presse, Édouard Plante-Fréchette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Il n'y a pas que les journées qui seront courtes ce week-end : des dizaines de salles de cinéma d'un océan à l'autre profiteront du solstice d'hiver pour raccourcir leur programmation afin d'offrir gratuitement quatre programmes de courts métrages.

À Sherbrooke, la Maison du cinéma proposera les quatre programmes (Tout-petits, Famille, Musical et Drames et comédies) à compter de 11 h, dimanche, alors qu'à Drummondville, le Cinéma RGFM présentera 28 oeuvres échelonnées entre vendredi et dimanche.

« On a essayé l'an passé à Joliette et on a trouvé qu'il s'agissait d'une très belle expérience, que ça valait la peine. Cette année, on a décidé de présenter le festival le Jour le plus Court dans l'ensemble de nos cinémas», explique le propriétaire des cinémas RGFM, Michel Venne.

Bon nombre de courts métrages québécois seront à l'honneur. Sera notamment à l'affiche cette année Bleu Tonnerre, réalisé par Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné, présenté à la Quinzaine des réalisateurs lors du dernier Festival de Cannes.

Les réalisations de ces deux partenaires, qui travaillent ensemble depuis 2008, ont été vues partout dans le monde et ont remporté plusieurs prix. En 2012, ils ont obtenu un prix Gémeaux avec leur série Pick-up : à la rencontre d'un bout du monde.

M. Venne ne cache pas que les cinémas participants doivent faire quelques entorses à leur programmation en cours afin de présenter l'événement gratuit, ce qui n'est pas évident surtout dans une période faste précédant le congé des Fêtes. Les sorties récentes en salle de Hunger Games et de la Guerre des étoiles ne manquent pas de susciter l'engouement.

« Nous le faisons parce que nous y croyons. On cherche à en faire une tradition. C'est une forme d'art qui s'inscrit en contraste avec ce qui est présenté habituellement. Ces films nous amènent dans le vif du sujet immédiatement. C'est intéressant de pouvoir offrir ça », ajoute l'homme d'affaires.

Michel Venne estime également que ce type d'événement est bénéfique pour le cinéma québécois, puisque plusieurs artisans du domaine font leurs premières armes avec le court métrage avant de se lancer dans des productions plus importantes.

Être chaviré en dix minutes

C'est à la comédienne Sophie Cadieux (Rumeurs, Les Lavigueur) qu'on a confié le titre d'ambassadrice du Jour le plus Court au Québec. Cette dernière a découvert le court métrage dans le cadre du mouvement Kino mis en branle au cours des années 2000. En plus de participer activement à l'événement en tant qu'actrice dans deux des films présentés, elle se fera un plaisir d'assister à chacun des programmes.

« J'ai tout de suite été charmé par cet art. J'aime le fait qu'on puisse être chaviré en dix minutes. Je sors du cinéma la tête pleine d'histoires. En tant que comédienne, j'affectionne le petit côté guérilla. Le tournage est effectué en quelques jours et par de petites équipes. En plus de jouer, on donne un coup de main pour la technique. J'aime bien l'esprit d'équipe qui s'en dégage », dit-elle.

Si le film court a longtemps été perçu comme une porte d'entrée et une carte de visite, Sophie Cadieux croit qu'il prend de plus en plus sa place en tant que forme d'art à part entière. Il gagne constamment en adeptes et suscite l'intérêt des gens qui veulent voyager et obtenir plusieurs regards en très peu de temps.

Les séances de projection gratuites, où seront présentés des courts métrages d'animation et des productions en prises réelles, auront lieu dans plus de 80 lieux différents d'un bout à l'autre du pays. Mis de l'avant par l'ONF, la SODEC et Téléfilm Canada ici au pays, le Jour le plus Court est une initiative française. L'événement aura lieu simultanément dans 50 pays du globe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer