Boisvenu croit à une arrestation rapide

Maintenant que Cédrika Provencher est retrouvée, Pierre-Hugues Boisvenu... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Maintenant que Cédrika Provencher est retrouvée, Pierre-Hugues Boisvenu s'attend à ce que le meurtrier soit retracé au cours des prochaines semaines.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Maintenant que Cédrika Provencher est retrouvée, Pierre-Hugues Boisvenu s'attend à ce que le meurtrier soit retracé au cours des prochaines semaines.

« Je ne serais pas surpris que l'on procède à une arrestation bientôt. Il reste maintenant à répondre à la question qui a fait cela? Ça prend un instinct animal pour enlever, agresser et tuer une personne pour assouvir je ne sais quel besoin. Les policiers doivent maintenant trouver qui a fait cela afin que les parents de Cédrika Provencher puissent faire leur deuil », estime le sénateur sherbrookois.

En 2002, Pierre-Hugues Boisvenu avait attendu dix jours avant que le corps de sa fille Julie soit retrouvé dans un fossé du chemin Rivard dans l'arrondissement de Brompton. Le meurtrier de sa fille, Hugo Bernier, avait été arrêté en septembre, soit trois mois plus tard.

« Les parents de Cédrika vont passer à travers plusieurs sentiments. Sept ans d'attente est extrêmement long », estime M. Boisvenu.

Le sénateur sherbrookois se dit « surpris et pas surpris » de la découverte faite au cours de la fin de semaine dans le secteur de Trois-Rivière après sept ans d'attente insoutenable pour les proches de la fillette.

« Je ne suis pas surpris par le fait que j'avais un peu la certitude qu'elle était déjà morte. Cédrika n'avait pas de passé de fugueuse ou d'imprudence. Tout coïncidait avec un enlèvement criminel. Mais je suis surpris par le fait qu'elle ait été retrouvée un 10 décembre dans un endroit qui devait être recouvert de neige. Si les ossements sont retrouvés si près du lieu de l'enlèvement à Trois-Rivières, il serait surprenant que le meurtrier soit bien loin. Il devait connaître l'endroit », constate Pierre-Hugues Boisvenu.

Pierre-Hugues Boisvenu a tenu à offrir ses condoléances aux parents de Cédrika Provencher.

« Je vais attendre quelques jours avant de contacter son père Martin que je connais bien. Je me doute qu'il doit être débordé. Même s'il n'a jamais fait partie de l'AFPAD, Martin faisait un peu partie de notre groupe de fondateurs. J'ai toujours gardé contact avec lui », mentionne M. Boisvenu qui a fondé l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) avec Christian Caretta, Marcel Bolduc et Michel Surprenant.

Pierre-Hugues Boisvenu estime que la découverte de Cédrika Provencher milite en faveur de trois modifications qui devraient être apportées, selon lui, dans des cas de disparition au Québec.

Il croit que ce type d'enquête d'enlèvement d'enfant devrait être transféré rapidement à la Sûreté du Québec.

« Le cas de Cédrika Provencher a contribué à ce que les corps policiers s'échangent encore plus d'informations pour aller plus vite. Des enquêtes centralisées à la SQ pourraient aussi faire en sorte que les policiers qui possèdent l'expertise dans le domaine la prennent rapidement en charge », estime M. Boisvenu.

Le sénateur sherbrookois mentionne que la publication du registre des prédateurs sexuels, comme ailleurs au Canada, pourrait contribuer à accentuer la prévention concernant les prédateurs sexuels et les pédophiles.

« Ce sont des données qui existent déjà. Même si c'est autorisé par la Cour suprême, le Québec ne veut pas porter préjudice aux démarches de réinsertion des délinquants. Je crois qu'il faudrait prioriser la protection des enfants », soutient Pierre-Hugues Boisvenu.

Selon lui, un registre national des personnes disparues contenant des informations comme l'ADN pourrait contribuer dans certains cas à résoudre des cas plus rapidement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer