En pleines figures de style

CHRONIQUE / Après avoir abordé la synecdoque et la métonymie, de quelle figure... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Après avoir abordé la synecdoque et la métonymie, de quelle figure de style pourrais-je bien vous parler? Il y en a tellement! La Banque de dépannage linguistique en relève près d'une cinquantaine! Évidemment, il y en a des plus courantes que d'autres. Certaines sont même devenues de célèbres citations.

Par exemple le chiasme (que l'on doit prononcer [kiasm]). Vous avez probablement déjà entendu la célèbre phrase il faut manger pour vivre et non vivre pour manger, que l'on doit à Molière (L'Avare). Dans cette figure de style, on reprend des mots de même nature ou de même fonction, mais dans un ordre inversé.

Parfois, comme ici, ce peut être exactement les mêmes mots. Parfois, les mots sont différents, telle cette autre citation, de Victor Hugo (Odes et ballades) : « Ces murs maudits par Dieu, par Satan profanés. » On passe d'une séquence participe passé et nom à une séquence nom et participe passé.

Et à quoi cela peut-il bien servir? Dans ce cas-ci, à donner du rythme et du relief au texte. N'oublions pas que certains écrits (poésie, théâtre) sont faits pour être dits!

Le chiasme est une figure de style touchant la construction de la phrase. D'autres figures de style jouent avec la forme des mots, ce qui peut aussi être très riche à l'oreille.

L'allitération est l'emploi d'une même consonne dans un ensemble de mots rapprochés.

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes? (Andromaque, Jean Racine)

Une contrepèterie est une expression burlesque, parfois obscène, obtenue après avoir interverti certains sons ou certaines syllabes d'un énoncé.

Vaut mieux une escalope avec une salade qu'une escalade avec une salope.

La paronomase recourt, dans un même énoncé, aux paronymes, c'est-à-dire des mots qui ont une prononciation et une graphie similaires, mais dont la signification est différente.

Je m'instruis mieux par fuite que par suite. (Montaigne)

La dernière catégorie de figures de style joue sur le sens des mots, comme la synecdoque et la métonymie. Il y a la métaphore, qui consiste à établir une comparaison, par analogie, entre deux réalités (une mer de gens, un requin de la finance); l'euphémisme, qui est une tournure atténuée et moins choquante, associée à la langue politiquement correcte (un aîné plutôt qu'un vieux); la litote, qui consiste à en dire moins pour en suggérer davantage (il ne fait pas chaud plutôt qu'il fait froid); l'oxymore, qui est l'union de deux mots d'apparence contradictoire (l'album des Breatsfeeders Les matins de grands soirs).

Allez jeter un coup d'oeil à la Banque de dépannage linguistique : vous aurez amplement de quoi vous amuser.

Perles de la semaine

Gouguelons la traduction!

Baby mushroom beef roll

Rouleaux de boeuf aux bébés et champignons.

Metal leaf sealer (feuille métallique pour sceller).

Chasseur de phoque de feuille en métal.

Dirt buster shampoo for your scalp.

Shampoing bousilleur de saleté pour votre cuir chevelu.

Employees must wash hands.

Les employés doivent laver des mains.

Stir noodle.

Remuez la nouille.

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer