Mais Tony qui?

CHRONIQUE / Je vous ai parlé la semaine dernière de la synecdoque, cette figure... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Je vous ai parlé la semaine dernière de la synecdoque, cette figure de style où le tout est considéré comme la partie (cirer le salon au lieu de cirer le plancher du salon) ou la partie est considérée comme le tout (Gilles a trouvé un toit au lieu de Gilles a trouvé une maison). Je concluais en disant que la synecdoque était une sous-classe d'une autre figure de style appelée métonymie, et dont je vous parlerais cette semaine.

En fait, je vous en ai déjà parlé dans différents contextes. C'est même un reproche que je fais parfois aux terminologues, qui ne succombent pas assez à mon goût aux figures de style lorsqu'ils nomment les nouvelles réalités, concrètes ou abstraites.

La métonymie, c'est un « glissement de sens ». Un mot qui, soudainement, veut dire autre chose, la plupart du temps à cause d'un lien logique. Un lien parfois étiré à l'extrême.

Hormis la synecdoque, il y a plein d'autres contextes où l'on désigne une réalité par une autre réalité. Par exemple, le contenant pour le contenu.

Sophie n'a bu que quelques verres dans la soirée.

Sophie n'a pas bu les verres : elle a bu ce qu'il y avait dedans. Dans ce contexte-ci, verre signifie même alcool. Mais comme cette tournure est passée dans l'usage, plus personne ne ressent le besoin de faire la nuance.

Dans un autre ordre d'idée, avez-vous lu tout « Michel Tremblay » (l'auteur pour l'oeuvre)? Connaissez-vous le premier « violon » de l'orchestre (l'instrument pour l'agent)? Aimez-vous les « bronzes » de cette artiste (la matière pour l'objet)?

Comme vous voyez, la métonymie est partout. La plupart du temps, on l'utilise sans s'en rendre compte. Et au fil de l'évolution du français, elle a donné des cas vraiment tirés par les cheveux.

Par exemple, j'ai déjà expliqué dans une précédente chronique pourquoi le mot collation pouvait aussi bien désigner l'obtention d'un diplôme qu'un repas léger. Parce qu'un mot d'ancien français (collatio) voulait dire à la fois « conférer un bénéfice » et « échanger des propos » et que les moines tenaient souvent leurs conférences du soir au même moment que le repas.

Autre exemple : saviez-vous que le mot canicule vient du latin canicula qui veut dire chien?

Quel est le rapport entre la gent canine et les grandes chaleurs?

Sirius, principale étoile de la constellation du Grand Chien, se levait et se couchait en même temps que le soleil... soit du 24 juillet au 24 août!

Perles de la semaine

Vous connaissez l'expression lost in translation (perdu à la traduction)? Voici des lost translators...

Shower cap

Bonnet de nain

Emergency exit only

Urgence sort seul

100 % silk ties (cravates 100 % soie)

100 % la soie attache

Photograph booth (photomaton)

Baraque de la photographie

Les fruis sont de moyenne à grande, rouge foncé avec une saveur de baise sauvage (baies).

Questions ou commentaires? steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer