Saint-Denis, hier et aujourd'hui

Tristan Malavoy... (Archives, La Presse)

Agrandir

Tristan Malavoy

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) Tristan Malavoy écrit beaucoup. Et depuis longtemps. Celui qui a signé trois recueils de poèmes et autant de disques, qui a travaillé de nombreuses années au sein du journal Voir et qui est maintenant responsable de la chronique Arts et culture au magazine L'actualité n'avait pourtant encore jamais osé le roman.

« C'est un genre formidable mais exigeant. L'écriture de nouvelles m'y avait préparé, mais je savais que le défi serait grand. C'est Nicolas

Dickner qui a dit que l'écriture de roman devient vite un exercice de logique et de résolution de problèmes. Il a raison. Au chapitre romanesque, le plus difficile, ce n'est pas de commencer, c'est de finir. J'attendais donc la bonne histoire, je recherchais celle qui me permettrait d'y plonger. »

La rédaction d'un court récit l'a amené à creuser le filon abénaquis, la terre des origines. Il a senti qu'il y avait un noeud à délier, un puits de matière dans lequel piger. Il a senti, surtout, qu'il avait trouvé l'histoire qui justifiait son passage au roman.

Bâtie autour d'une énigme, un peu à la façon d'un suspense, son intrigue plante ses racines dans les paysages qui ont bercé son enfance. Au coeur de la nature magnifique de Saint-Denis-de-Brompton, il a imaginé un récit mariant l'hier et l'aujourd'hui.

« J'ai eu cette chance de grandir sur une terre de 130 acres, au coeur d'une nature belle et abondante. C'était un formidable terrain de jeu. En me penchant sur la présence abénaquise en Estrie, j'ai réalisé que j'avais appris à nager dans le même lac que ceux qui ont habité les lieux bien avant nous. Je me suis intéressé au passé du territoire, aux légendes qui y étaient liées, au bagage symbolique dont nous avions hérité. Le cercle était très important pour les Abénaquis. La course des saisons, aussi. Ça se ressent, je pense : mon roman est circulaire beaucoup plus que cartésien. Mon point de départ, c'était de faire dialoguer la région telle qu'elle est maintenant avec ce qu'elle a déjà été. »

Ventre-de-boeuf

Il a donc imaginé Laure et Thomas, jeune couple qui décide de revenir vivre à la campagne pour fonder famille. Là où tous deux ont grandi. Dans ce décor des premières années, les drames de l'enfance refont surface et imposent leur souvenir. Ces relents du passé bousculent Thomas, perturbent son quotidien et son couple. À ce passé plus récent se superpose aussi celui, ancien, des premiers habitants amérindiens. Les histoires,

d'abord parallèles, finissent par s'imbriquer. En plaçant un élément de fantastique dans un cadre réaliste, Malavoy a donné une clé de lecture. Le ventre-de-boeuf, cette flaque de boue vaseuse qui entrave le chemin et dans laquelle on peut facilement s'enliser, relève dans son récit à la fois du mystère... et du réel : « Le motocross coincé dans la vase est un souvenir authentique. Ça m'est déjà arrivé. »

Ce souvenir était encore frais à la mémoire de l'écrivain. D'autres ont ressurgi en cours d'écriture. « J'ai eu des surprises, j'ai senti monter des bouffées de nostalgie, j'ai repensé aux amis d'alors. »

Au fil des pages, certains reconnaîtront des gens, des lieux, des situations. Certains reconnaîtront peut-être aussi Tristan.

« Thomas, c'est un peu un alter ego. Comme moi, il écrit. Mais j'espère quand même être un peu moins troublé que lui! »

Il y a aussi, évidemment, tout un rayon qui sort de l'imaginaire de l'écrivain. Il y a des morts, dans les pages de ce premier roman. Des deuils, des disparitions, des non-dits.

« On n'est pas toujours dans la gravité, j'ai aussi planté quelques traits d'humour. Mais il reste que nos vies sont traversées par les morts et les deuils, qui laissent leur empreinte. Et la littérature est pour moi le lieu privilégié pour réfléchir aux questions auxquelles on n'a pas le temps de penser au quotidien. »

TRISTAN MALAVOY

Le nid de pierres

ROMAN

Boréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer