• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le recyclage devenu oeuvre d'art chez Estrie Aide 

Le recyclage devenu oeuvre d'art chez Estrie Aide

Les artistes recycleurs Jacques Gagnon, Gladys Hann-O'Neill et... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Les artistes recycleurs Jacques Gagnon, Gladys Hann-O'Neill et Claude Belleau, également directeur général d'Estrie Aide, exposent des oeuvres de recyclage artistique jusqu'au 11 décembre.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Les locaux d'Estrie Aide au centre-ville de Sherbrooke sont le site d'une belle folie collective, en cette première quinzaine de décembre.

Au milieu des vêtements et des meubles usagés offerts à prix modiques, sont exposées depuis mardi une série d'oeuvres de « recyclage artistique » créées par trois artistes de la région, dont le directeur général d'Estrie Aide, Claude Belleau, qui avoue dans un grand sourire s'être laissé convaincre.

« Derrière chacune de ces oeuvres, dit-il, c'est ce qu'on est. Cette belle folie, c'est une métaphore d'Estrie Aide, et c'est probablement par là que passe son futur, grâce au réemploi et à la diversification de la clientèle. »

Gladys Hann-O'Neill a multiplié les visites chez Estrie Aide au cours des derniers mois à la recherche de matériaux à recycler et de moments d'inspiration. L'artiste, originaire de Toronto, expose depuis 40 ans dans des galeries au Québec, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et jusqu'au Maryland. C'est par un voisin que la Sherbrookoise d'adoption depuis 1986 a été mise en contact avec Claude Belleau.

Assemblage d'objets aussi hétéroclites qu'inattendus, ses créations sont un véritable hymne à la vie et à la joie.

« Quand je commence (une oeuvre), je ne sais pas exactement ce que ça va donner, avoue-t-elle. Je plie les matériaux, j'ajoute des éléments et puis ça apparaît. Chaque fois c'est une surprise. »

Mme O'Neill s'estime choyée qu'Estrie Aide lui ait offert cette possibilité de créer dans un autre contexte, avec une quantité illimitée de matériaux. « Mon travail a fait un bond de géant grâce à ça! Et ç'a aussi aidé ma santé. »

« Ce n'est pas une galerie traditionnelle, ajoute l'artiste, mais je trouve justement que c'est une bonne idée pour rejoindre des gens qui n'auraient pas l'idée d'aller en galerie. Il y a plein de magie dans ces choses qu'on aurait normalement jetées. »

Plus rénovateur que créateur

Jacques Gagnon, pour sa part, se perçoit plus comme un rénovateur que comme un créateur. Son dada, c'est le bois flotté, qu'il cherche sur les berges des cours d'eau un peu partout dans la région. « Je lui donne une chance dans la vie en l'observant, en le lavant, en le sablant et en le vernissant. »

« C'est comme sur la rue, philosophe l'ancien policier de carrière, qui s'implique chez Estrie Aide, dans le Journal de rue et dans le comité Tags et graffitis de la Ville de Sherbrooke. On y croise parfois des gens à l'apparence douteuse, mais si on s'attarde, on peut entrer en relation avec la personne et la découvrir, sans la juger. Chacun a sa personnalité et elles sont toutes riches. »

Cette Quinzaine du recyclage artistique d'Estrie Aide connaîtra son apogée le vendredi 11 décembre alors que six artistes du collectif montréalais Garbage Art réaliseront des oeuvres d'art en direct, avec des objets dénichés dans les locaux de la rue Wellington Sud, de 9 h à 17 h.

Une chorale de Noël composée d'employés et de bénévoles ajoutera également à la joyeuse folie de décembre chez Estrie Aide. Ses prestations sont prévues le 4 décembre à 11 h, le 9 décembre à 10 h et les 8 et 11 décembre à 14 h.

Enfin, trois des oeuvres de recyclage artistiques sont offertes à l'encan silencieux jusqu'au 11 décembre. L'argent amassé sera versé à Estrie Aide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer