Synecquoi?

CHRONIQUE / En référence à votre chronique de la semaine dernière, lorsque... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / En référence à votre chronique de la semaine dernière, lorsque les gens disent « sur Paris » au lieu de « vers Paris » ou « à Paris », peut-on parler d'une synecdoque?

Marcel Bastin
Sherbrooke

Pas selon ce que j'en comprends. La synecdoque est une figure de style très courante où on considère le tout comme une partie ou une partie comme le tout. Passons tout de suite aux exemples, car ce sera toujours la meilleure façon de parler des figures de style. J'ai puisé ceux qui suivent dans la Banque de dépannage linguistique, qui a une excellente fiche sur la synecdoque.

Elle porte un superbe manteau de vison.

Il n'a pas osé mettre le nez dehors.

Gilles a enfin trouvé un toit.

Montréal a battu Toronto hier soir.

Si vous achetez un manteau de vison, vous sentirez-vous obligé de préciser qu'il s'agit en fait d'un manteau de « fourrure » de vison? Non, car cela tombe sous le sens, même si le manteau n'est pas fabriqué avec des visons entiers mais seulement avec leur fourrure. Il y a synecdoque, car vous considérez le « tout » (le vison) comme la « partie » (la fourrure).

Le même raisonnement s'applique à la rencontre de hockey. Pour être vraiment précis, j'écrirais que « l'équipe de hockey de Montréal a battu celle de Toronto ». Mais si je dis que Montréal a battu Toronto, personne ne comprendra que les Montréalais sont allés dans la Ville reine pour flanquer une raclée aux Torontois.

Et il y a des synecdoques inverses, où c'est la partie qui fait office de tout. Si Gilles dit qu'il a trouvé un toit, il parle évidemment d'une maison ou d'un appartement, pas seulement d'un préau.

Maintenant, les gens qui disent « sur Paris » au lieu d'« à Paris » font-ils une synecdoque en considérant Paris comme une surface (un tout) au lieu d'un point (une partie)? Mathématiquement et géométriquement, probablement que oui. Si je me souviens bien de mes leçons du secondaire, une surface (ou un plan), c'est une juxtaposition de milliards de points!

Mais les langues s'étant généralement construites sur des notions, disons, plus terre-à-terre, je ne pense pas qu'on l'on puisse appliquer ce raisonnement.

Dernier argument : dans une synecdoque, un nom se substitue à un autre. Ici, il est question de prépositions. Je crois donc que nous avons simplement affaire à... une faute!

La synecdoque est une sous-classe d'une autre figure de style : la métonymie. Je vous en reparle la semaine prochaine.

Perles de la semaine

Il y a le site de petites annonces Kijii et le site de petites annonces Konriri.

Voiture à vendre. État correct car conduite par une femme.

À vendre : voiture, excellent état, démarre au quart de tour, bonne carrosserie. Vendue sans moteur. À changer : aileron arrière et porte avant gauche.

Voudrait acheter bouteille de un litre de plutonium.

Jeune ténor propose ses services pour messes, mariages, baptêmes, enterrements à la limite.

Cercueil à vendre. Cause : fausse alerte.

Questions ou commentaires?

steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer