• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Patrice Henrichon: «Je ne le prends pas personnel» 

Patrice Henrichon: «Je ne le prends pas personnel»

Patrice Henrichon... (Archives La Tribune)

Agrandir

Patrice Henrichon

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Depuis le temps que je fais de la radio, j'ai vu plusieurs animateurs perdre leur poste. Maintenant, c'est à mon tour. »

L'animateur de radio du matin qui tient micro depuis le plus longtemps à Sherbrooke se voit montrer la porte par son employeur. Lundi, après 15 ans comme matinier à Énergie 106,1 FM, Patrice Henrichon a été victime de la restructuration annoncée récemment chez Bell Média.« Je suis sous le choc, mais en même temps, Bell Média a annoncé des coupes. Maintenant, on sait que ça se rend jusqu'à Sherbrooke. »

« Je ne le prends pas personnel. J'ai toujours été numéro un à Sherbrooke dans les sondages. Ce n'est pas une question de performance. Je n'ai pas de lettre à mon dossier. »

La nouvelle a pris plusieurs auditeurs de l'émission Y'a d'ces Matins par surprise. Lundi après-midi, la photo de Patrice Henrichon n'apparaissait plus sur le site web de l'émission matinale.

Il n'a pas pu dire un dernier au revoir à ses fidèles auditeurs, ayant appris la nouvelle une fois le micro fermé une dernière fois lundi avant-midi.

« C'est un lundi matin pas facile... Dans le cadre d'une restructuration, je viens d'apprendre qu'après près de 15 ans dans le show du matin, et près de 19 ans pour la même compagnie, mon poste est malheureusement coupé », a écrit l'animateur de radio bien connu sur Facebook. Ce à quoi les internautes ont réagi nombreux.

« Je tiens à dire un gros merci à mes merveilleux auditeurs. J'ai passé de super moments en votre compagnie. Merci à mes collègues et amis de la station, vous êtes une gang formidable. »

M. Henrichon est le recordman du micro à la station 106,1 FM à Sherbrooke. Personne n'a duré aussi longtemps à une même antenne d'Énergie, dit l'homme de 39 ans, père de deux enfants.

«Chose certaine, je veux rester ici en Estrie. Mes enfants, ma conjointe sont ici.»


Soulignons aussi que l'équipe de Y'a d'ces matins a été première à l'extérieur des marchés de Montréal et Québec à être finaliste au gala Les Olivier, en 2011.

« Pat » veut prendre son congédiement avec philosophie. Après 20 ans de radio dans le corps, 15 ans à se coucher à la même heure que ses enfants et à se lever à 4 h du matin, il voit cela comme une opportunité à faire autre chose. Il a mis sur pied la boîte Turbo Communications en 2011, ce qui pourrait devenir un gagne-pain à temps plein.

« C'est peut-être le coup de pied qu'il me fallait pour passer à autre chose? Je ne suis pas tout nu devant rien », fait-il remarquer en entrevue à La Tribune.

« Chose certaine, je veux rester ici en Estrie. Mes enfants, ma conjointe sont ici. Je vais laisser retomber la poussière. Prendre un peu de repos. »

C'est par courriel que la direction de Bell Média a fait savoir ses commentaires lundi. On ne précise pas si d'autres membres du personnel à Sherbrooke ou ailleurs dans le réseau sont touchés. Mais selon plusieurs sources, d'autres artisans de la radio de Bell Média ont perdu leur micro lundi au Québec.

« Je peux confirmer que la réorganisation au sein de Bell Média se poursuit avec des réductions de personnel dans plusieurs bureaux à travers le Canada. Ces réductions s'inscrivent dans notre processus de restructuration visant à assurer que la structure de coûts de Bell Média reflète la réalité de la performance des revenus dans les médias et la radiodiffusion, et que nous conservons notre position de leader dans une industrie en rapide évolution », mentionne Olivier Racette, porte-parole de Bell Média.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer