• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Trois spectacles en trois jours au Tremplin 

Trois spectacles en trois jours au Tremplin

Josée Courtemanche raconte des histoires en dessinant dans... (Photo fournie)

Agrandir

Josée Courtemanche raconte des histoires en dessinant dans le sable.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Les prochains jours seront occupés à la salle Le Tremplin, avec trois spectacles en autant de jours. Le bal sera lancé le jeudi 19 novembre par la prestation du collectif montréalais Habla Claro Dance Theater, pour la présentation de son spectacle Bestias necesarias (Bêtes nécessaires). Présentée en espagnol, en français et en anglais, cette oeuvre recourt à des marionnettes de grandeur humaine ainsi qu'à une musique éclatée pour explorer le monde de la consommation et des « bêtes » qui l'habitent. Contribution volontaire suggérée de 10$.

Le lendemain, au tour de La roue du loup, quintette folk francophone québécois festif originaire de la région, et qui reprend du service après une pause de quelques années. Guitare, violon, percussion et contrebasse accompagnent les textes de Gaétan Gagnon, chanteur et joueur de tambours autochtones, dans un amalgame de la culture des Premières Nations et des instruments d'aujourd'hui. Entrée : 15 $.

Finalement, le samedi 21 novembre, le public est invité à découvrir le spectacle de dessins dans le sable de la Sherbrookoise Josée Courtemanche. L'artiste crée en direct des images en sable sur une table lumineuse. Le spectacle est composé de courts numéros ainsi que d'un conte narré par Michel Hindenoch. Charles Van Goidtsenhoven, violoniste connu à Sherbrooke, ainsi que Christine Bolduc, musicienne et chanteuse, accompagnent la prestation. Il y aura également un numéro interactif avec participation du public. Entrée : 12 $.

Les prestations débutent à 20 h, sauf celle du samedi (19 h 30).

La guerre des tuques 3D réussit sa sortie

Le film d'animation de Jean-François Pouliot La guerre des tuques 3D a enregistré des recettes de 761 433 $ au terme de son premier week-end en salle, a annoncé lundi le distributeur Séville.

Il s'agit du meilleur box-office pour un film québécois depuis la sortie de Lance et compte en 2010. Le film est présenté depuis jeudi sur 94 écrans au Québec, trois au Nouveau-Brunswick et deux en Ontario.

Le dessin animé arrive ainsi en deuxième place du box-office québécois du 13 au 15 novembre, tout juste derrière le plus récent volet de James Bond, Spectre, qui conserve la première place pour une deuxième semaine, avec des recettes tout juste au-dessus de la barre du million de dollars.

Les trois places suivantes sont occupées par Peanuts, le film, avec 259 000 $ d'entrées à sa deuxième semaine en salle, Seul sur Mars, qui continue de faire belle figure à sa septième semaine grâce à des profits de 122 000 $ (plus de 3,3 millions $ au cumulatif), et la comédie Noël chez les Cooper, qui récolte 111 000 $ pour sa première semaine. Les cinq positions suivantes échoient à Hôtel Transylvanie 2, Le pont des espions, Chair de poule, Irremplaçable et Sicario.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer