Une passion qui résiste aux embûches

Le guitariste Thierry Bégin-Lamontagne travaille avec acharnement pour... (Photo fournie)

Agrandir

Le guitariste Thierry Bégin-Lamontagne travaille avec acharnement pour se construire une carrière dans l'univers de la musique.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Tout serait sans doute plus simple pour Thierry Bégin-Lamontagne s'il avait grandi en Europe. Mais malgré les em-bûches, ce guitariste classique originaire de Cowansville continue de s'accrocher à son rêve de faire définitivement sa place dans l'univers de la musique.

N'allez pas croire que Thierry Bégin-Lamontagne n'a connu aucun succès jusqu'à présent. Cependant, le musicien de 29 ans souhaiterait être encore plus sollicité.

« Le démarrage de ma carrière est plus lent que je l'aurais pensé. Au Canada, les diffuseurs ont peut-être peur d'inclure de la guitare dans leur programmation. Cet instrument est pourtant aussi touchant que les autres. »

Thierry Bégin-Lamontagne se rend donc souvent en Europe pour offrir des concerts ou participer à des concours. Le coût des billets d'avion constitue une contrainte importante pour lui.

N'empêche, en se rendant à Petrer en Espagne l'an dernier, il a effectué un excellent investissement : sa victoire à un important concours de guitare lui a permis de se produire à 20 reprises dans six pays différents, dont le Brésil.

« Cela m'a donné un énorme coup de main, confie-t-il. Ça a été très bon pour ma visibilité. Et il est très possible que des villes qui m'ont reçu dans le cadre de ma tournée m'invitent à nouveau. C'est encourageant pour ma carrière. »

Grâce à une bourse de 20 000 $ provenant de la Fondation Sylva-Gelber, Thierry Bégin-Lamontagne aura aussi la chance de vivre à Paris de février à juillet 2016.

« Il y a quelques professeurs renommés à Paris et je veux améliorer mon jeu avec eux. Je vais aussi essayer de trouver du travail comme enseignant. »

Souvenir de l'OSD

Mais le guitariste reconnaît qu'il préfère de loin « offrir des spectacles et voyager » dans le monde entier.

« J'aime être sur scène et partager avec le public, mentionne-t-il. Pour moi, l'artiste et le public sont sur un pied d'égalité. J'aime ça, à la fin des spectacles, quand les gens viennent me féliciter et me témoignent leur satisfaction. Faire du bien à autrui, c'est très gratifiant. »

Du même souffle, Thierry Bégin-Lamontagne affirme que « l'émotion doit nécessairement être présente » lors d'une prestation musicale. « Un spectacle, il faut que ça soit différent du CD. L'effet live est absolument nécessaire, sinon ça ne marche pas. »

Le 5 novembre dernier, le musicien a d'ailleurs connu une expérience inoubliable en compagnie de l'Orchestre symphonique de Drummondville.

« On ne voit pas ça souvent, des guitaristes qui jouent avec un orchestre symphonique, explique-t-il. La guitare n'a pas un son très fort. Par contre, en amplifiant le son, ça devient intéressant. Cet instrument permet d'exprimer de multiples nuances. »

Pour sa prestation de dimanche au Centre d'arts Orford, Thierry interprétera des pièces expressément écrites pour la guitare et des transpositions d'oeuvres pianistiques.

« Les spectateurs pourront notamment entendre Recuerdos de la Alhambra, une oeuvre connue du répertoire pour guitare. Ce qui est particulier avec cette musique, c'est qu'il faut utiliser la technique du trémolo pour la faire. C'est impressionnant. Ça donne l'impression que deux instruments sont utilisés », dit-il.

Vous voulez y aller

Déjeuner concert avec Thierry Bégin-Lamontagne

Dimanche 15 novembre, 10 h (prestation à 11 h 30)

Centre d'arts Orford

Entrée : 34,95 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer