Scarlett Jane sur la route

Grâce à un succès qui ne cesse de... (Photo fournie)

Agrandir

Grâce à un succès qui ne cesse de croître, Cindy Doire et Andrea Ramolo, alias le duo ontarien Scarlett Jane, sillonnent les routes de l'Amérique du Nord et feront une toute première halte à Sherbrooke samedi.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) « C'est la grande aventure! » Même s'il n'en est qu'à son second album, le duo indie folk Scarlett Jane bat le pavé depuis quelques années, tant au Canada qu'aux États-Unis, poussé par le mythe des grands espaces, les histoires d'amour et la recherche de la beauté.

« Nous formons un vrai duo sur tous les plans. C'est fort de constater l'équilibre qu'il y a entre nous : nous nous connaissons depuis des années et il y a des traces de cela partout sur l'album », raconte Cindy Doire, une francophone originaire de Timmins, dans le nord de l'Ontario, ville rendue célèbre par la méga star du country rock Shania Twain.

« Nous avons fait 2400 kilomètres de route dans les dernières semaines. Nous revenons de Californie et maintenant, nous nous dirigeons vers l'Est », ajoute Cindy en entrevue téléphonique.

Avec sa collègue Andrea Ramolo, originaire de Toronto, Cindy a formé Scarlett Jane en 2011 après que chacune eut mené une carrière solo.

À la suite de Stranger, un premier album très remarqué paru en 2013, les deux trentenaires ont récidivé cette année avec un disque éponyme, où, à l'exception de deux ou trois pièces plutôt rock, elles offrent un indie folk imprégné de poésie, de récits évocateurs et de sensibilité, porté par les harmonies vocales.

Fait inusité, l'album a été écrit à Cuba, mais on n'y décèle aucune trace ni influence de chanson cubaine.

« Nous avions fait notre premier album au Mexique. Ce qui est important pour nous, c'est de décrocher de notre quotidien. À Toronto [où le duo est installé], il y a tellement de bruit et de choses qui se passent... Alors nous nous sommes dit : pourquoi pas à Cuba? Et tout s'est fait en une semaine à La Havane », explique Cindy.

Chacun des deux albums de Scarlett Jane contient une chanson en français : Mon coeur se brise (version française de Aching Heart) sur Stranger, et Cours, une composition plutôt rock sur le dernier disque.

Un duo très soudé

« Andrea et moi, nous nous inspirons mutuellement, nous nous entraidons sur tous les aspects de notre carrière », dit Cindy.

La jeune femme avait produit trois albums, dont deux en français, avant de former Scarlett Jane, tandis qu'Andrea en avait deux à son actif.

« Au cours des ans, nous avons fait des tournées ensemble et nous nous sommes aperçues que nous partagions la même passion pour le folk, le country et le rock. »

« Notre musique est vraiment diversifiée. Nous explorons différentes textures dans nos chansons. Notre sensibilité s'exprime surtout avec nos voix et nos textes », dit-elle.

Sur scène, Scarlett Jane privilégie une musique dépouillée basée sur les guitares, les percussions et les voix.

Le duo se produit pour la première fois à Sherbrooke, mais a déjà participé au Festival international de jazz de Montréal et au Festival d'été de Québec.

« Nous adorons jouer au Québec. La scène musicale y est totalement différente. Les gens sont conscients que la culture, c'est important pour protéger la langue », note Cindy Doire.

Vous voulez y aller

Scarlett Jane

Première partie : Jon MacAulay

Boquébière

Samedi 7 novembre, 21 h

Entrée : 17 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer