Une soirée mémorable

Le photographe drummondvillois Michel Chamberland a été reçu... (Fournie)

Agrandir

Le photographe drummondvillois Michel Chamberland a été reçu à la Maison- Blanche grâce à l'une de ses oeuvres.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) e photographe drummondvillois Michel Chamberland se souviendra longtemps de sa soirée du 15 octobre. Sélectionné parmi les dix finalistes du concours I am the many, il a été invité à une cérémonie à la Maison-Blanche, en présence d'une poignée de dignitaires.

« C'est assez incroyable ce qui m'est arrivé. Lorsque je me suis retrouvé à l'intérieur, je me suis dit : ok, je suis à la Maison-Blanche. Dire qu'il faut normalement entre six mois et un an pour obtenir la permission de la visiter. C'est quelque chose », indique l'artiste.

C'est un ami new-yorkais qui a informé le Drummondvillois de l'existence d'un concours organisé par Act/Art. Celui-ci avait pour objectif de recueillir des oeuvres pour un mouvement visant la réforme de la justice pénale aux États-Unis et prônant l'équité sociale.

Comme il venait tout juste de concevoir une exposition présentant des gens de différentes cultures, âges et orientations sexuelles, il s'est dit que l'occasion tombait à point.

« Pour moi, il était évident que les tableaux de mon exposition 3X5/25=1 cadraient avec le but du concours. J'ai décidé d'en choisir un et j'ai ajouté la mention I am the many. Un peu plus tard, j'apprenais que j'étais sélectionné », raconte M. Chamberland.

Un tremplin

Michel Chamberland est le seul artiste résidant à l'extérieur des États-Unis à avoir été sélectionné dans le cadre de ce concours. Au cours de la soirée, il a notamment eu l'occasion d'échanger avec les représentants des trois des plus importants regroupements d'artistes de la région de New York. Maintenant qu'il est de retour au bercail, il reçoit de nombreuses demandes d'entrevues. Il a l'impression que sa carrière est sur le point de prendre un important virage.

« Disons que mon cahier de contacts est pas mal plus garni, j'ai des demandes d'un peu partout et je m'attends à ce que mon exposition soit présentée de l'autre côté de la frontière », prévoit-il, lui qui était présent au Centre d'art de Richmond jusqu'à tout récemment.

Au-delà de cette visite mémorable à la Maison-Blanche et de toute la visibilité que lui offre le concours, M. Chamberland s'est dit choyé que l'une de ses oeuvres soit utilisée pour une cause sociale aussi importante que celle-ci.

« C'est un honneur, c'est une bénédiction qu'une de mes créations soit utilisée afin d'essayer de faire changer les choses dans notre société. C'est un peu l'objectif de tous les artistes d'avoir une influence sur les gens, de changer les mentalités, d'améliorer la qualité de vie », explique-t-il.

La photographie gagnante sera exposée dans l'aile Est de la Maison-Blanche au cours des prochains mois. Il n'est pas encore clair quel format prendra la campagne de sensibilisation I am the many. On s'attend à ce qu'elle soit déployée avant la fin de l'actuel mandat de Barack Obama.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer