Roy Dupuis et Roy Laroche

Chronique / C'était l'an dernier. Je feuilletais rapidement mon journal... (La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

Chronique / C'était l'an dernier. Je feuilletais rapidement mon journal lorsqu'un titre a attiré mon attention : « Roy Laroche apostrophe Transports Canada ». Pendant deux ou trois secondes, mon esprit s'est demandé : « Mais qui est ce Roy Laroche? »

Mon cerveau a fini par se réveiller. N'empêche, me suis-je dit, avec un trait d'union entre Roy et Laroche, je n'aurais pas eu ces quelques secondes d'égarement.

Toujours est-il que, depuis que Mme Colette Roy Laroche s'est retrouvée bien malgré elle dans tous les médias, j'ai remarqué une confusion dans l'écriture des noms de famille composés, tant chez mes collègues que dans la population. Certains pensent qu'il ne faut plus mettre de trait d'union, d'autres estiment que c'est une faute... Éclaircissons tout ça.

Mais pas sans avoir d'abord parlé à la principale intéressée, qui m'a informé qu'elle a toujours écrit son nom ainsi, dès son mariage au début des années 1970. Il faut dire que c'était un deuxième mariage, et comme à l'époque, il était encore coutume pour les épouses de prendre le nom de leur mari, cela aurait équivalu à un deuxième changement de nom pour elle. Elle a donc gardé Roy, étant donné qu'une partie de son entourage la connaissait déjà sous ce nom.

« Dans mon esprit, ne pas mettre de trait d'union était une façon d'exprimer que Laroche n'était pas mon nom à moi. Mais si nos enfants avaient porté les deux noms, j'aurais mis un trait d'union, car ça aurait été leur véritable nom de famille. »

S'il y avait eu un règlement obligeant le trait d'union, Mme Roy Laroche l'aurait su dès le jour de son mariage. Mais effectivement, rien ne l'oblige, dit le Directeur de l'état civil... qui précise que ce trait d'union sera toujours préférable. Idem pour les prénoms composés.

Pourquoi? Pour éviter les confusions, comme la mienne. Bon, elle est un peu exagérée, mais pour Samuel Benoît Julien ou Sylvie Rose Isabelle, c'est plus problématique.

Pensez aussi au comédien Antoine Olivier Pilon : est-ce Antoine-Olivier Pilon ou Antoine Olivier-Pilon? Le trait d'union établit clairement ce qui va ensemble.

N'oublions pas non plus que ce qui paraît évident ne l'est pas forcément pour des non-francophones, qui n'ont pas de repères pour distinguer un prénom d'un nom de famille.

Soyez conscient aussi que, plus on s'écarte de la norme, plus on se donne du travail, parce qu'il est certain que les autres seront portés à mettre un trait d'union. Et qu'il n'y a aucune règle qui leur interdit.

Perles de la semaine

Pendant la semaine de lecture, ces élèves ont lu... la boîte de céréales.

La prochaine coupe du monde de football aura lieu au Brésil, juste à côté de l'Afrique du Sud.

L'UE est le plus grand pays du monde. Même la Chine est toute petite à côté.

Charles de la Gaulle a été président de la République.

Une fois mort, Kennedy ne pouvait plus y faire grand-chose.

En Afrique, il y a plusieurs peuples qui ne parlent pas la même langue : c'est la biodiversité.

Questions ou commentaires? steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer