La sensibilité du monde

Barcella... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Barcella

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) On le dit inclassable et certains parlent même d'un drôle d'oiseau : Barcella, auteur-compositeur-interprète originaire de Reims, est d'abord et avant tout un artiste éclectique qui, de son propre aveu, ne se prive pas d'explorer de nombreux styles musicaux, mais toujours portés par la poésie.

« Je ne m'interdis surtout rien! C'est notre rôle à nous, les artistes, d'explorer, de faire des croisements et d'imaginer ce qui reste à faire », livre ce Français de 34 ans qui amorce bientôt une tournée au Québec et au Canada.

« Mais j'ai aussi une vraie tendresse pour la chanson d'avant », précise-t-il.

Barcella, qui a participé au Coup de coeur francophone et aux Francofolies de Montréal au cours des deux dernières années, est encore peu connu ici, mais sa poésie, son humour et sa sensibilité devraient séduire l'âme québécoise et francophone.

Puzzle, son dernier album, ouvre toute grande la porte sur son univers où on sent parfois l'influence de l'acteur, chanteur et humoriste Bourvil ainsi que celle de Georges Brassens, principalement pour les textes.

« C'est ma passion pour l'écriture (ma mère était professeure de lettres) qui m'a donné le goût, de mettre mes émotions sur papier. J'ai commencé à jouer de la guitare à 12 ans et le reste a suivi », explique Barcella, de son vrai nom Mathieu Ladevèze.

« Je suis un chanteur éclectique. Je suis à la fois cynique, nostalgique et drôle. Musicalement, j'aime aller dans plusieurs directions », dit-il.

Vu et entendu!

Par exemple, sa chanson Salope, où il traite de la mort, est un bijou de texte au deuxième degré, très éloigné toutefois de la vulgarité, et qui rappelle l'irrévérence parfois grave de Brassens.

Caroline, une ode à l'amour, L'âge d'or, tendre et drôle chanson sur l'enfance, Chou-fleur, duo hilarant avec le rappeur Leeroy, ou encore la festive T'es belle témoignent de l'univers éclaté et lumineux de Barcella.

« J'ai un éventail de styles assez large. Les chansons sont le reflet de nos vies », dit l'artiste, qui s'inspire des gens qu'il rencontre.

Première soupape

« J'ai fait beaucoup d'ateliers d'écriture avec des enfants, des aînés et des détenus. L'enfance, la solitude et les souvenirs sont mes sources d'inspiration », raconte le Rémois, qui a écrit sur le suicide (Le suicide) et sur la maladie d'Alzheimer (La symphonie d'Alzheimer), des sujets pas très jojo mais incontournables.

« J'aime rencontrer des gens qui ne me ressemblent pas. J'essaie de raconter la sensibilité du monde », illustre-t-il.

Et l'humour, ça va de soi, est très présent dans les textes : « L'humour, c'est la première soupape que l'on a dans la vie en face du tragique. L'humour, c'est salvateur. J'aime mettre des mots sur les douleurs de la vie. »

La tournée qui s'amorce est importante : « Nous avons tout à faire au Canada », dit-il.

Barcella et ses musiciens présenteront huit concerts au Québec et au Canada, de Winnipeg à... Weedon, où ils se produiront le 30 octobre.

Barcella

Vendredi 30 octobre, 20 h

Centre culturel de Weedon

Entrée : 25 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer