Une 24e mission pour James Bond

Daniel Craig et Lea Seydoux apparaissent dans une... (Agence France-Presse)

Agrandir

Daniel Craig et Lea Seydoux apparaissent dans une scène de Spectre, présenté en avant-première mondiale lundi dans le cadre majestueux du Royal Albert Hall à Londres.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le plus célèbre espion de sa Majesté, James Bond, est de retour sur les écrans avec Spectre, sa 24e mission au cinéma, dont l'avant-première a été célébrée en grande pompe lundi soir à Londres, en présence de membres de la famille royale.

La duchesse de Cambridge a pu échanger quelques... (Associated Press) - image 1.0

Agrandir

La duchesse de Cambridge a pu échanger quelques mots lundi avec Daniel Craig, alias James Bond, et le réalisateur Sam Mendes.

Associated Press

Le prince William, son épouse Kate et son frère le prince Harry ont assisté au lancement mondial des dernières aventures de l'agent britannique, dans le cadre majestueux du Royal Albert Hall.

Le film sortait en même temps dans des centaines de salles en Grande-Bretagne et en Irlande.

Largement acclamé par la critique, Spectre est dirigé par le réalisateur Sam Mendes tandis que le légendaire 007 est interprété pour la quatrième fois par le Britannique Daniel Craig, 47 ans, après Casino Royale (2006), Quantum of Solace (2008) et Skyfall (2012).

«Je suis impatient que les gens puissent voir le film. Je déteste me voir à l'écran mais j'adore jouer James Bond», a déclaré Daniel Craig en arrivant à l'avant-première, avant de prendre la pose entre Monica Bellucci et de Léa Seydoux.

«C'est incroyable de faire partie de la tradition», a confié Monica Bellucci, 51 ans, qui joue Lucie Sciarra, veuve d'un célèbre criminel, et interprète la James Bond girl la plus âgée de la saga.

«C'est un rêve qui devient réalité, je ne sais pas si je suis une Bond girl, je suis juste une blonde girl», a plaisanté la comédienne française Léa Seydoux, qui tient le rôle de Madeleine Swann, psychologue et fille de M. White, ennemi de Bond dans Casino Royale et Quantum of Solace.

«On a sué sang et eau sur ce film, je suis très ému d'être là ce soir et un peu soulagé aussi», a glissé pour finir le réalisateur Sam Mendes.

Car comme le rappelait récemment Daniel Craig: «faire un film après Skyfall fut un énorme défi», puisque le dernier opus fut aussi le plus lucratif de toute la saga, rapportant plus d'un milliard de dollars au box-office.

«J'ai eu ma dose»

Le titre des nouvelles aventures cinématographiques de Bond fait référence à l'organisation criminelle «Special Executive for Counter-intelligence, Terrorism Revenge and Extortion» (SPECTRE).

Apparue dès le premier James Bond sur grand écran en 1962, cette organisation avait disparu des films de 007 dès 1971 (Les diamants sont éternels), en raison d'un différend sur les droits, réglé il y a seulement deux ans.

«On attendait avec impatience de pouvoir ressusciter Spectre», a souligné Daniel Craig lundi.

Tourné en Angleterre, en Italie, en Autriche, au Mexique et au Maroc, Spectre rassemble tous les ingrédients traditionnels des films de Bond: des scènes de course-poursuite, un méchant mégalomane - joué par l'acteur autrichien deux fois oscarisé Christoph Waltz - des James Bond girls sensuelles, d'étonnants gadgets et des dialogues plein d'humour.

Le film commence par une scène recréant la Fête des morts au Mexique. Tournée avec 1500 figurants portant des costumes macabres, c'est la plus grande scène d'ouverture d'un film de James Bond, a assuré l'un des producteurs historiques de la série, Michael Wilson, au magazine Empire.

Le rôle de «M», à la tête du MI6, est repris par l'acteur britannique Ralph Fiennes après la mort dans Skyfall de l'emblématique patronne de 007, incarnée par l'actrice anglaise Judi Dench dans les sept derniers films.

Y aura-t-il un cinquième Bond-Craig ? Le sixième acteur à incarner l'espion imaginé par Ian Fleming, tenu par contrat, a laissé planer le doute dans une interview donnée début octobre au magazine Time Out.

«Je préfèrerais casser ce verre et me trancher les veines avec. (...) J'ai eu ma dose. Tout ce que je veux, c'est passer à autre chose», a-t-il lâché, avant de revenir à des propos plus mesurés et consensuels lors de l'avant-première à Londres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer