Rappeur sans détour

Le rappeur québécois Koriass...

Agrandir

Le rappeur québécois Koriass

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Figure montante du rap québécois, Koriass entame sa carrière au début des années 2000 en prenant part à des « rap battles » sur le Web où il développe son style. Sa détermination fait son oeuvre : il fabrique un premier maxi en 2006, Mort de rire, avant d'être repêché par les Disques 7ième Ciel en 2008, étiquette avec qui il réalise son premier véritable album, Les racines dans le béton.

Depuis, le rappeur cumule les prestations en prenant part à des événements d'envergure à travers le Québec, récoltant au passage de multiples prix et nominations, dont Révélation francophone de l'année et Album francophone de l'année au Gala SOBA2010 pour Petites Victoires. L'an dernier, il a remporté le Félix récompensant l'album hip-hop de l'année avec sa troisième galette, Rue des Saules.

Entre deux albums, Koriass, alias Emmanuel Dubois, devient père en juin 2011 lorsque naît sa fille Sacha. Un événement qui, conjugué à d'autres éléments de sa vie, conduira le rappeur vers une dépression qu'il qualifie de post-partum. Une maladie de l'âme qu'il explore avec beaucoup d'humilité et d'honnêteté dans Rue des Saules. « Alors qu'on pense que rien ne peut nous toucher, ça nous frappe sans qu'on s'en rende compte, partage Koriass. Le but d'en parler publiquement, c'est de faire tomber les tabous. »

C'est loin d'être son seul combat. En juillet dernier, l'artiste a publié un billet coup de poing sur la culture du viol (Natural born féministe), billet que l'on peut lire sur le site d'Urbania.ca et qui, à sa grande surprise, est rapidement devenu viral. « Déclarer que l'on est féministe, surtout lorsqu'on est un rappeur, ne veut pas dire qu'on est plus du bord des femmes que des hommes, ça veut dire qu'on veut qu'ils soient égaux. » Le mois prochain, Koriass prendra d'ailleurs part à la « Soirée sans viande », un événement au cours duquel quatre panélistes s'entretiendront sur le féminisme et la culture du viol. L'événement se tiendra le 4 novembre à 19 h à la salle Alfred-Desrochers du Cégep de Sherbrooke.

Projets pluriels

Pour les prochains mois, Koriass délaisse la scène afin de se concentrer à temps plein sur son quatrième album, Love Suprême, dont la sortie est prévue en février. Par la suite, il compte s'attaquer à la rédaction d'un livre. « Mes billets de blogue, c'est un peu ma pratique pour éventuellement écrire quelque chose de plus substantiel, dont un recueil de nouvelles ou de poésie, et peut-être pas seulement un livre... »

Visiblement à l'aise dans ses vidéoclips, il a accepté de participer à deux documentaires. Le premier, tourné pour Canal D, l'amènera à explorer la culture musicale des favelas au Brésil, des bidonvilles situés sur des terrains occupés illégalement. Le second documentaire portera sur sa vie à lui. Le film, prévu à la programmation de TV5 l'an prochain, se déploiera en trois temps et s'attardera à sa vie d'artiste, sa vie de père et sa dépression.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer