Laisser le micro, adopter le stylo

Richard Turcotte... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Richard Turcotte

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) Après 27 ans de radio quotidienne, Richard Turcotte a fermé son micro en juin dernier. La populaire émission Les Grandes Gueules, qu'il pilotait sur le réseau Énergie avec José Gaudet et Mario Tessier, prenait fin.

L'animateur natif de Sherbrooke se retrouvait devant un horizon ouvert. Une page blanche. Il a décidé de l'écrire, cette page. Littéralement. Il a pris la plume et il a rédigé Être l'artiste de sa vie avec cette idée d'avancer dans un projet porteur, avec un élan créateur qu'il n'a pas freiné.

« Je n'avais pas de plan, mais je suis un gars de concept. J'ai raconté des expériences concrètes que j'avais vécues et j'ai expliqué quelles philosophies de vie j'en avais tirées. »

Dans ce livre de croissance personnelle qu'il lance tout juste, il évoque son passage au théâtre et à la télé, les chansons qu'il a composées et l'atypique chemin qui l'a mené à la radio, d'abord en Estrie, puis à Montréal. Bref, il lève le voile sur plusieurs aspects de sa vie professionnelle, mais il révèle aussi des épisodes plus personnels, liés à sa vie amoureuse et à sa vie de famille.

« C'est venu assez naturellement. Je pense que ce qui a ouvert la porte à ça, ce qui m'a amené à parler de ma vie privée, c'est que j'ai demandé ma blonde en mariage en direct d'un avion, à la radio, alors que je travaillais à CIMO. Ça fait déjà 18 ans, mais les gens m'en parlent encore », dit celui qui avait le souci d'écrire avec transparence, sans paravent. Dans la foulée, il expose autant son quotidien avec son épouse que la relation qu'il a avec son père.

« Je donne cette image en exemple dans le livre : si tu ne plonges pas dans la piscine, tu n'as pas le droit de juger de la qualité des baigneurs. Donner des théories sans me mouiller moi-même, ça n'aurait pas eu la même portée. »

Des conférences

L'animateur de 46 ans se dévoile donc beaucoup, mais il assume chaque ligne. Tellement, d'ailleurs, qu'il mitonne un projet de conférence.

« Je n'ai encore aucune date à annoncer. J'ai écrit la moitié de la conférence. Je vais m'y remettre bientôt, puisque je termine aujourd'hui le tournage de la deuxième saison des Pires chauffards du Québec. »

Créatif soucieux de dépasser ses peurs, il espère inspirer les autres à ne pas s'empêtrer dans les leurs. À dessiner la vie dont ils ont envie. À rêver grand.

« Une amie m'a déjà dit : il faut que tu vives chaque journée comme si tu allais mourir à minuit. C'était la personne la plus vivante que je connaissais. Et elle est morte aujourd'hui. »

Un cancer. Un électrochoc pour les proches. Richard Turcotte avance depuis sans mettre ses projets en attente.

« C'est quelque chose que j'espère enseigner à mes enfants. Je veux qu'ils retiennent que tout est possible. Pour ça, je prêche beaucoup par l'exemple. Écrire ce livre-là est une façon de leur montrer. Toutes ces années, j'ai souvent été le faire-valoir des autres. J'avais envie de lancer mes affaires, de dire ce que j'avais à exprimer. Pour la première fois, je ne suis pas en arrière d'une gang, d'une station de radio ou de télé. Ce livre-là, c'est vraiment moi. »

Richard Turcotte a beau avoir fermé son micro, il fait entendre sa voix comme jamais auparavant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer