Queensrÿche : le calme après le chaos

Les membres de Queensrÿche ont lancé un quatorzième... (Photo fournie)

Agrandir

Les membres de Queensrÿche ont lancé un quatorzième album hier, Condition Hüman. Le groupe est composé des guitaristes Parker Lundgren et Michael Wilton, du nouveau chanteur Todd La Torre, du bassiste Eddie Jackson et du batteur et claviériste Scott Rockenfield.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(QUÉBEC) Le groupe métal progressif Queensrÿche a lancé hier son 14e album studio, Condition Hüman. Après Queensrÿche, paru en 2013 en plein coeur de la tourmente et des litiges judiciaires avec son ancien chanteur, le quintette a enfin pu se donner le temps pour enregistrer son nouvel effort et revenir à ses bonnes habitudes de livrer plus de 50 minutes de musique à ses admirateurs.

« Notre album précédent ne durait que 35 minutes, mais il faut comprendre qu'on venait tout juste d'avoir un contrat, que nous étions limités dans le temps et qu'il y avait beaucoup d'incertitude, car on se battait devant les tribunaux pour avoir le droit d'utiliser le nom Queensrÿche. C'était plutôt chaotique : il y avait beaucoup de distractions et pas assez de temps! » résume le guitariste Michael Wilton.

« Ça fait deux ans que nous sommes en tournée et que nous écrivons en même temps. Quand notre équipe de gérance nous a dit qu'il était temps de lancer un album, tous ensemble, nous avions déjà 25 pièces d'écrites », explique Wilton.

Comme plusieurs artistes, Queensrÿche a décidé de jumeler l'enregistrement de l'album avec une campagne de financement participatif sur PledgeMusic. « Ce n'était pas pour payer l'album, car notre compagnie de disques, Century Media, s'est chargée de ça. On l'a fait pour offrir des trucs uniques à nos fans, comme des parties de golf ou le party de lancement de l'album. »

Fait particulier, le groupe offrait même, moyennant 50 000 $, une participation financière dans l'entreprise Queensrÿche Holdings LLC aux investisseurs intéressés. « Je ne connais pas grand-chose au secteur financier, mais notre équipe de gestion a lancé cette idée et il y a des gens qui sont intéressés. C'est une façon différente d'envisager la musique pour ceux qui aimeraient faire un petit bout de chemin avec nous et en retirer des profits à la fin de l'année », explique le guitariste.

Nouveau chanteur

Trois ans après le congédiement de leur premier chanteur Geoff Tate et la saga juridique concernant le droit d'utiliser le nom Queensrÿche, Wilton et ses acolytes ont enfin retrouvé le bonheur avec le chanteur Todd La Torre.

« Ce n'est rien de moins que miraculeux, la façon dont Todd s'est intégré au groupe. Il n'a pas passé d'audition, on l'a embauché et il fait le travail. Il connaissait déjà nos albums. Depuis, il est devenu plus mûr comme chanteur. Il amène sa créativité, mais il n'a pas d'ego : c'est vraiment un joueur d'équipe », explique Wilton.

Si le guitariste ne compare pas directement l'attitude de LaTorre à celle de Tate, on comprend toutefois que les membres de Queensrÿche ne s'ennuient pas vraiment de celui avec lequel ils ont enregistré douze albums.

« Ce qui est bien avec notre prochain album, c'est que ce sera l'album d'un groupe qui a écrit et joué la musique, pas la vision d'une seule personne. Les trois membres originaux [Wilton, le bassiste Eddie Jackson et le batteur et claviériste Scott Rockenfield] seront là, leur tête et leur jeu seront là », poursuit-il.

Il faut dire que Tate et son épouse Susan, qui agissait aussi comme gérante du groupe, en menaient large au cours des dernières années. On accusait madame de jouer les Yoko Ono et Tate d'ignorer les suggestions des autres musiciens et de prendre seul toutes les décisions artistiques.

« Maintenant, tout est réglé. C'est nous qui avons le droit de nous appeler Queensrÿche. Il reste un peu de paperasse à signer, mais on est passé à autre chose. Nous sommes heureux, il est heureux », conclut Wilton, précisant toutefois qu'il ne fréquente plus son ancien chanteur. « Quand nous nous parlons, c'est plutôt via des avocats! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer