La vie d'artiste avec Eager Dance

Gros mois de septembre pour la formation estrienne Eager Dance : première place... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) Gros mois de septembre pour la formation estrienne Eager Dance : première place au concours Sherbrooklyn il y a deux semaines, sortie d'un vidéoclip et lancement de l'album Keep Your Daily Job. Raphaël Favreau et Dominique G. Lemire nous parlent de ce groupe de musiciens multi-instrumentistes aux sonorités hybrides.

QUELLE EST L'IMPORTANCE POUR VOUS D'AVOIR REMPORTÉ LA PREMIÈRE PLACE AU CONCOURS SHERBROOKLYN?

Cette victoire est importante pour plusieurs raisons : nous arrivions à la fin de la production de notre album Keep Your Daily Job et ça nous donne plus de moyens. Mais le fait de gagner, c'est aussi une chance qui nous permet d'avoir plus d'attention de la part des médias.

LE TITRE DE VOTRE ALBUM, KEEP YOUR DAILY JOB, C'EST UN CLIN D'OEIL AUX DIFFICULTÉS DE LA VIE DES JEUNES MUSICIENS CONTRAINTS DE GARDER UN TRAVAIL DE JOUR POUR JOINDRE LES DEUX BOUTS?

Oui, c'est une espèce de critique sociale qui imprègne tout l'album. Un des membres de notre groupe travaillait dans un garage et, un jour qu'il fredonnait une composition, son patron lui a dit : « T'es musicien? Alors keep your daily job! »

MUSICALEMENT, ON SENT CHEZ EAGER DANCE UNE MULTITUDE D'INFLUENCES, FOLK, ROCK, ROCK PRO-GRESSIF... C'EST TOUJOURS INJUSTE DE COMPARER OU DE VOULOIR ACCOLER UNE ÉTIQUETTE À UNE NOUVELLE FORMATION MUSICALE, MAIS OÙ VOUS SITUEZ-VOUS DANS TOUT CELA?

Nous avons des influences de partout parce que notre musique est hybride. Tout le processus de création du groupe est sans limites.Chaque musicien est multi-instrumentiste et ne s'empêche pas d'apprendre un nouvel instrument. Tout le monde veut jouer de tout et chacun a des intérêts différents. Claude [Tremblay-Berthiaume], par exemple, vient de la musique classique, tandis que Tommy [Létourneau] a fait de la musique électronique.

VOTRE GROUPE SE VEUT UN COLLECTIF ARTISTIQUE QUI RASSEMBLE LES TALENTS DE LA RELÈVE DANS PLUSIEURS DOMAINES. COMMENT TOUT CELA S'ARTICULE-T-IL?

Nous collaborons avec d'autres artistes de plusieurs disciplines : stylistes, designers, cinéastes et artistes en arts visuels. C'est important pour nous de déborder de la musique, de profiter de l'inspiration de ces artistes-là. Par exemple, William Saumur et Laurent Ulrich ont travaillé sur le vidéoclip. En fin de compte, c'est une plate-forme pour la relève qui permet à tous d'expérimenter des choses.

ET LE TRAVAIL DE COMPOSITION?

Pour chaque composition, il y a quelqu'un qui va s'investir davantage que les autres. L'idée fondamentale, c'est de partir d'une composition et que chacun se l'approprie jusqu'à ce que l'on obtienne le son d'Eager Dance.

VOUS AVEZ EU LA CHANCE DE TRAVAILLER AVEC RYAN MOREY, QUI A FAIT NOTAMMENT LE MATRIÇAGE DU DERNIER ALBUM DE HALF MOON RUN ET CELUI DE FUNERAL D'ARCADE FIRE. SON RÔLE A ÉTÉ IMPORTANT?

Les chansons sont nées au cours des dernières années, quand le groupe en était à ses balbutiements. Ryan Morey, ça a été une grande chance pour nous, il a fait en sorte que l'album se tienne vraiment.

EST-CE QUE LES GENS DE VOTRE ENTOURAGE VOUS CONSEILLENT ENCORE DE GARDER VOTRE EMPLOI DE JOUR?

On se le fait dire souvent, mais de moins en moins!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer