La gestion parasitaire De père en fils

Au tour des frères Cameron (Guy, Pierre A.... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Au tour des frères Cameron (Guy, Pierre A. et Jean) de faire l'objet de l'émission De père en fils, diffusée ce soir par la chaîne Historia.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La gestion de parasites, c'est une affaire de famille chez les Cameron, depuis cinq générations.

Si l'émission De père en fils, qui sera diffusée ce mercredi soir à 21 h 30 à Historia, mise sur les générations actuelles, la famille Cameron travaille dans le domaine depuis plus de 75 ans.

«C'est notre arrière-grand-père Louis qui a fondé l'entreprise. Nous avons vu notre grand-père, mais nous avons travaillé surtout avec notre père et notre mère. Ma mère Hélène faisait le service à la clientèle dans notre résidence de la rue McManamy, alors que notre père Gérard répondait aux appels et se rendait chez les gens», explique Pierre Cameron.

Lors de l'épisode de cette semaine, Shawn Cameron, qui fait partie de la cinquième génération des Cameron, sera suivi sur le terrain.

Si, dans le jargon, on parle d'exterminateur ou plus judicieusement de gestion parasitaire, Guy Cameron se reporte à la terminologie utilisée en France, soit la gestion des «nuisibles».

«Nous entrons dans l'intimité des gens lorsqu'ils font appel à nous. Il y a un côté très confidentiel. C'est un domaine où nous ne savons jamais sur quoi nous allons tomber», mentionne Jean Cameron, qui considère qu'ils font le «plus beau métier du monde».

«Nous ne faisons pas que la gestion des insectes ou des rongeurs indésirables : nous devons aussi aider les gens», ajoute Guy Cameron.

«Certaines personnes se trouvent en détresse ou se sentent emprisonnées dans leur résidence. Notre travail consiste aussi à les écouter sans juger et à les orienter s'il y a lieu. Il y a un côté très empathique. Nos interventions se passent tant dans des maisons luxueuses que dans de petits logements, en restauration, en entreprise ou en milieu agroalimentaire», ajoute Pierre Cameron.

Punaises et tiques

La complicité des trois frères ne s'arrête pas à celle qu'ils partagent dans les bureaux de la rue Lesage, mais se poursuit les fins de semaine lors des nombreuses réunions familiales.

«Ces valeurs familiales, nous les transmettons à nos employés. Certains travaillent avec nous depuis 20 ou même 30 ans. Notre équipe est constamment en formation afin d'être toujours à l'affût. Au cours des dernières années, nous avons dû composer avec le retour des punaises de lit et à travailler avec les tiques responsables de la maladie de Lyme», rappelle Pierre Cameron.

Gérard Cameron continue même à veiller sur les destinées de l'entreprise en allant faire régulièrement son tour dans les bureaux de l'entreprise familiale sherbrookoise.

Si l'entreprise a été vendue l'année dernière à la multinationale Terminix, le Groupe Cameron continue de desservir sa clientèle à partir de Sherbrooke.

«Lorsque l'offre est passée de céder l'entreprise, nous n'avions pas de relève prête à ce moment. Le fait d'avoir vendu à la plus grosse entreprise de gestion parasitaire au monde ne change rien à nos opérations. Nous continuons à offrir le même service de proximité à notre clientèle. Concrètement, rien n'a changé», explique Pierre Cameron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer