• La Tribune > 
  • Arts 
  • Le Mirage est le seul film québécois à avoir atteint le top 20 estival en salle 

Le Mirage est le seul film québécois à avoir atteint le top 20 estival en salle

Deux comédienne du film Le mirage Christine Beaulieu... (Archives La Presse)

Agrandir

Deux comédienne du film Le mirage Christine Beaulieu (Roxanne) et Julie Perreault (Isabelle).

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montéal

«Le Mirage» est le seul film à s'être hissé dans le top 20 du box-office québécois cet été, alors que les parts de marché du cinéma d'ici sont demeurées sous les six pour cent, annonce mardi Cinéac.

D'après l'agence qui compile et analyse les données des entrées en salle dans les cinémas québécois et canadiens, les recettes pour l'ensemble des salles de cinéma et des ciné-parcs du Québec ont atteint 71 919 693 $ cet été, soit une augmentation d'un million de dollars par rapport à l'an dernier.

Mais c'est encore et toujours le cinéma américain que les Québécois vont voir en salle. Les productions de nos voisins du Sud ont récolté 60 568 353 $ entre le 1er mai et le 10 septembre 2015, soit 84,2 pour cent du marché, contre 5,9 pour cent pour les productions québécoises, et 0,1 pour cent pour les canadiennes. L'an dernier, les films américains avaient obtenu 83,7 pour cent des recettes.

«Monde jurassique», «Les Minions», «Avengers: l'ère d'Ultron», «Sens dessus dessous» et «Mission: Impossible - la nation Rogue» occupent les cinq premières positions du top 20. «Le Mirage» de Ricardo Trogi les suit avec 2 516 901 $ de recettes.

Le film australien «Mad Max: Fury Road», en 8e position, et le français «La famille Bélier», en 15e, sont les seuls autres productions non américaines.

«Ego Trip», «Aurélie Laflamme - Les pieds sur terre», «Le Journal d'un vieil homme» et «Turbo Kid» étaient, avec «Le Mirage», les films québécois à l'affiche entre le 1er mai et le 10 septembre 2015.

Les parts de marché estivales des films québécois ont gagné 0,1 pour cent par rapport à l'été dernier qui, rappelons-le, était l'été de «1987», également de Ricardo Trogi. Les films québécois n'ont pas passé le cap des six pour cent depuis 2012.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer