Dans la famille musicale de Céline

Yves Labonté...

Agrandir

Yves Labonté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

Yves Labonté sait que c'est un cliché mille fois répété. Mais pour expliquer son repêchage au sein de l'équipe étoile de Céline Dion, il n'hésite pas à employer la formule : il était à la bonne place au bon moment.

« J'ai travaillé avec Scott Price pour la première fois lors d'un spectacle de Maxime Landry, à Thetford Mines, au printemps dernier. Il y avait eu ce déclic, on s'était vraiment bien entendu alors. »

Trois semaines plus tard, le nouveau directeur musical de Céline Dion apprenait que son bassiste-contrebassiste quittait l'équipe pour diriger le Conservatoire de Gatineau. Il a tout de suite pensé à Yves Labonté.

« Il m'a téléphoné un matin, à 7 h 30, pour me dire qu'il avait quelque chose à me proposer. Ce quelque chose, c'était un contrat d'un an avec l'équipe de Céline. J'ai dit que j'allais y penser, mais déjà, c'était clair dans ma tête : je ne pouvais pas dire non à une offre pareille. »

Le contrat a donc été vite signé. Un mois plus tard, le bassiste natif de Drummondville commençait les répétitions à Montréal. Il savait qu'il embarquait dans un gros bateau, mais le soir de la première, à Las Vegas, il était prêt.

« Parce que c'est gros, justement, on peut vraiment se concentrer sur la musique, focaliser sur le show. Avec Céline, l'ambiance est très familiale. On le sent tout de suite. Tout le monde travaille fort et a envie de donner la meilleure prestation possible, mais il n'y a aucun stress, aucune pression. Et Scott Price est un chef d'orchestre en or, un très bon musicien, un leader qui sait rassembler son monde et qui a su donner une direction au spectacle. »

Énergisé par 4600 personnes

Chaque soir, le Colosseum, au Caesars Palace, est plein au bouchon. Dès la première note, toute l'assistance est debout.

« Nous, on recharge nos batteries en partant! Jouer devant 4600 personnes qui sont à ce point enthousiastes, ça énergise vraiment. Et Céline est en grande forme. Elle a un charisme fou, une présence scénique rare. Tout ça est très inspirant pour un musicien », exprime celui qui a fait son secondaire et son cégep à Sherbrooke avant de mettre le cap à Montréal.

La basse, il ne l'a découverte qu'à 14 ans, dans le sous-sol parental où traînaient divers instruments.

« Je viens d'une famille de musiciens et j'avais joué du violon, enfant, mais quand j'ai ouvert la boîte de la basse, il s'est passé quelque chose. C'est comme si l'instrument m'avait choisi. Imaginez des feux d'artifice qui sortent du caisson... C'était ça. »

Depuis, il n'a jamais délaissé l'instrument. Après son cégep en musique, il s'est produit pendant deux ans dans divers spectacles de croisière avant de poursuivre ses études musicales à l'Université de Montréal.

« Je n'y ai été qu'un an. Déjà, j'avais pas mal de contrats, j'avais envie de jouer live, je trouvais que c'était une excellente façon d'apprendre et de m'améliorer. »

Cordes et pinceaux

Dans la région, il a entre autres accompagné les Amélie Veille, Ariane Brunet et Gaële. Il a aussi fait partie des Mountain Daisies en plus de jouer avec différents artistes issus de Star Académie, en studio comme sur la scène.

« Avec le début du spectacle à Vegas, je me concentre là-dessus, mes contrats parallèles sont un peu sur la glace, mais je reviens régulièrement à Montréal. »

Se considérant davantage comme un interprète que comme un compositeur, le musicien de 37 ans délaisse parfois ses cordes pour manier les pinceaux. Il rêve de monter un jour une nouvelle exposition.

« Présentement, je manque de temps et d'espace pour faire de nouvelles toiles, mais c'est une forme d'art que j'adore et qui complète bien la musique. Je fais de grands tableaux, à l'acrylique ou à l'huile, en jouant avec les textures. »

Il se pourrait bien qu'il ne puisse pas replonger dans sa palette de couleurs de sitôt. Le contrat avec Céline est susceptible de se prolonger. Il ne s'en plaindra pas.

« Je me sens vraiment à ma place, c'est tellement un contexte de travail idéal que je pourrais jouer avec elle aussi longtemps qu'elle va chanter! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer