Quand art et vie se font complices

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'art est vivant, il est immortel même. C'est dans cette optique que l'association entre 14 artistes et la Maison Aube-Lumière prend tout son sens.

La maison de soins de fin de vie de Sherbrooke tenait hier au Centre culturel et du patrimoine Uplands une activité de vernissage des oeuvres de 14 artistes-peintres de l'Estrie qui ont accepté de faire partie de la deuxième cohorte du programme de dons par l'achat d'une oeuvre d'art mis en place par la Maison Aube-Lumière en 2014. La démarche est simple : en achetant une oeuvre d'un artiste participant, 25 % du montant est remis à l'organisation sous forme de dons. Et la cohorte 2015 peut compter sur des noms bien connus de la région comme Adèle Blais, Étienne St-Amand ou encore Ultra NAN.

« On en a vraiment pour tous les prix et tous les goûts, souligne la directrice générale de Maison Aube-Lumière, Marie Bécotte. C'est une impression personnelle, mais pour la première cohorte, les tableaux étaient plus sobres alors que maintenant on a une grande variété d'oeuvres. Comme si au début, les artistes n'osaient pas mettre de la couleur à cause de ce qu'on représente. »

L'exposition des artistes de la cohorte au Centre culturel et du patrimoine Uplands se poursuivra jusqu'au 25 octobre, mais les curieux peuvent visiter en tout temps les sites web des artistes pour découvrir leur collection. D'autres toiles sont exposées à la Maison Aube-Lumière, mais celles-là ne peuvent pas être vues par le grand public.

« C'est comme une galerie d'art privée pour les résidents et leurs proches, explique Mme Bécotte. Parfois, le tableau prend une signification particulière pour eux et ils les achètent en souvenir de la personne, il y a vraiment un lien qui se crée avec les toiles. »

L'an dernier, ce programme avait permis à la Maison Aube-Lumière d'amasser autour de 5000 $. Devant ce succès, plusieurs artistes ont même téléphoné afin de proposer leurs oeuvres, de sorte que la cohorte est passée de 12 à 14 membres.

« Ce n'est pas du tout difficile de trouver des artistes qui sont intéressés, indique Mme Bécotte. Même qu'à notre première année, on en avait presque trop! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer