• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le dernier jour de l'Amérique: À lire avec beurre et sel 

Le dernier jour de l'Amérique: À lire avec beurre et sel

Ancien matinier de Rouge FM Sherbrooke devenu directeur... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

Ancien matinier de Rouge FM Sherbrooke devenu directeur des programmes chez Bell Média à Sherbrooke, Jean-François Benoit continue de laisser libre cours à sa passion de l'écriture en publiant le deuxième tome de sa trilogie romanesque historique et science-fictionnelle. Après Le dernier jour d'Adolf, les lecteurs sont maintenant invités à découvrir Le dernier jour de l'Amérique. L'auteur le décrit comme un roman pop corn qui se lit comme un film d'action.

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après avoir publié le Dernier jour d'Adolf en 2014, Jean-François Benoit revient à la charge avec un nouveau suspense littéraire qui mélange science-fiction et faits historiques. Le dernier jour de l'Amérique, un livre pop corn, comme le décrit lui-même l'auteur, se lit comme un film d'action.

Le héros Julian Patrick est de retour, mais cette fois, il laisse place davantage aux femmes dans le récit. « J'ai travaillé autour du thèmedu futur féminin. Toutes les femmes du premier livre avaient un rôle plutôt occulté par Patrick, alors que dans ce second livre, elles prennent le contrôle. C'est de la chick lit avec des mitraillettes », lance l'auteur en riant.

« Un peu paumé, beaucoup dans le trouble », Julian Patrick recommencera à voyager dans le temps, mais cette fois, au lieu de se concentrer sur l'époque de la Deuxième Guerre mondiale, il explorera aussi des périodes plus paisibles comme celles des années 1970 à Montréal et des années 1950 à San Francisco. L'auteur s'est-il fait plaisir en visitant par sa plume des espaces-temps où il aurait aimé vivre?

« C'est tripant de penser où on irait si on pouvait voyager dans le temps. Les années 1950, 1960 et 1970 sont des époques d'ouverture. C'était la révolution sexuelle, l'entrée des femmes sur le marché du travail, la libération et les expériences multiples. Alors, oui, d'une certaine manière », consent-il.

« Et pendant ces années, il y avait encore des choses à défricher dans le jardin. Aujourd'hui, on a tellement accès à tout, tout le temps, et de chez nous », déplore celui qui croit que certaines découvertes doivent être faites en se déplaçant sur le terrain.

« Je me rappelle mes journées passées à explorer la bibliothèque et le plaisir de voir les livres dans ce lieu qui leur était réservé. Maintenant, j'ai accès à tous les livres de chez nous », donne pour exemple celui qui a une collection personnelle de 5000 titres signés par des écrivains de tous horizons, de Stephen King à Milan Kundera, en passant par Jacques Ferron et Boris Vian.

Vérifiés et vérifiables

L'art visuel est aussi un domaine qui le fascine, et si Julian Patrick est contraint à subtiliser de grandes oeuvres d'art à différentes époques par le richissime Kurt Goldstein, Jean-François Benoit rapporterait bien chez lui quelques tableaux du patrimoine mondial, comme la Ronde de nuit de Rembrandt.

Les aspects historiques sont toujours véridiques, vérifiables et vérifiés, précise l'auteur. « Quand je parle d'un vol d'oeuvres d'art au Musée des beaux-arts de Montréal ou quand je parle de Jack Kerouac qui traîne au Vesuvio Cafe à San Francisco, ce sont des choses qui sont arrivées. Pour qu'on croie à l'histoire, j'y ai mis du vrai, même si la prémisse de base est complètement farfelue », explique l'ex-animateur de radio, qui occupe maintenant la chaise de directeur des programmes chez Bell Media à Sherbrooke.

Avis aux lecteurs qui étaient restés sur leur faim en terminant le premier tome, ils auront probablement la même impression en fermant Le dernier jour de l'Amérique. Une fin ouverte, donc, qui se conclura dans le troisième chapitre de la trilogie, dont l'écriture est déjà bien avancée.

JEAN-FRANÇOIS BENOIT

Le dernier jour de l'Amérique

ROMAN

Recto verso

224 pages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer