Pas de chorale à Sercovie cet automne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Contrairement à ce qu'annonce la programmation de Sercovie, il n'y aura pas de chorale cet automne au centre d'activités des 50 ans et plus. Une situation que déplorent des choristes qui gonflaient les rangs de la Chorale les Mélodies d'Antan jusqu'ici.

« Cette chorale existe depuis 40 ans, mais aujourd'hui, Sercovie a décidé qu'on n'était pas assez payants. Pourtant, c'est un service très apprécié par la cinquantaine de personnes qui venaient chanter chaque semaine au centre », maintient une membre de la chorale, Micheline Pruneau.

Sercovie fournissait jusqu'ici le local où se rencontraient hebdomadairement les choristes de 50 ans et plus. « On a même accepté que le coût d'inscription passe de 30 $ par session à 40 $ », précise Mme Pruneau, ajoutant que les choristes doivent aussi payer leur carte de membre qui coûte 20 $ annuellement.

« Le conseil d'administration a voulu se débarrasser de notre directeur de chorale alors que l'ensemble des membres de la chorale avait signé une pétition pour le garder. Le c.a. lui a proposé un contrat rempli de restrictions qu'il a d'abord refusé. On a fini par accepter ces conditions, mais on nous dit maintenant qu'ils n'ont plus de temps pour nous », souligne Mme Pruneau qui dit être prête, comme certains de ses complices de chants, à se mobiliser pour sauver sa chorale.

« Chanter, c'est thérapeutique et c'est bon pour les capacités cognitives. On donne des spectacles, se déplace dans les résidences pour personnes âgées. C'est une grande fierté pour les choristes comme pour Sercovie. Je trouve injuste qu'on nous enlève cette activité », évoque la choriste.

Un manque d'harmonie

La direction de Sercovie rétorque que la décision de suspendre les activités de la chorale jusqu'à l'hiver 2016 n'a rien à voir avec l'argent.

« Il y a un conflit interne dans la chorale depuis environ un an. Le climat est malsain, alors nous avons décidé de prendre une pause le temps de trouver des solutions et de rétablir l'harmonie entre les membres de la chorale. On tient à la chorale, elle est importante, mais toutes les activités doivent se dérouler dans le respect et l'harmonie et ce n'est pas le cas actuellement », mentionne le directeur général de Sercovie, Remi Demers, ajoutant que la direction analyse présentement les méthodes utilisées par d'autres chorales afin de trouver rapidement une façon de fonctionner qui convienne à tous.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer