• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Sébastien Ricard, artiste aux multiples talents 

Sébastien Ricard, artiste aux multiples talents

Sébastien Ricard... (La Presse, David Boily)

Agrandir

Sébastien Ricard

La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) En raison de la taille du marché, les artistes sont souvent obligés de toucher à plusieurs disciplines artistiques pour joindre les deux bouts au Québec. On trouve malgré tout peu d'artistes québécois aussi complets que Sébastien Ricard, qui connaît du succès autant à la télévision, au cinéma que sur une scène. Regard sur un talent aux multiples facettes.

Sans conteste, Sébastien Ricard possède un talent artistique inné, mais il considère lui-même que Loco Locass lui a énormément apporté en tant qu'artiste. «Mon expérience avec ce groupe a été très formatrice», estime-t-il.

Aujourd'hui, Loco Locass occupe une place bien moins grande qu'avant dans la vie de celui qu'on nomme aussi Batlam. Le groupe qu'il forme avec Biz et Chafik n'a d'ailleurs offert qu'un petit nombre de spectacles cet été, saison pourtant occupée pour de nombreuses formations musicales au Québec. Le bagage d'expériences amassé en compagnie de ses deux complices ne s'efface pas, toutefois.

« À l'origine, je ne suis pas un musicien, confie Sébastien Ricard. J'ai fait du piano plus petit, mais c'est presque tout. J'ai malgré tout une sorte d'aisance dans le milieu de la musique. Et Loco Locass m'a amené encore plus loin.»

En 2010, il a eu la chance de rencontrer le compositeur Denis Plante. Les deux hommes avaient participé à l'époque à un spectacle du réputé ensemble Les Violons du Roy.

La chimie a vraisemblablement opéré entre les deux artistes et ils ont continué à collaborer. Ils ont ainsi monté un spectacle à demi-musical et à demi-théâtral intitulé La bibliothèque interdite. Moins d'une dizaine de représentations de ce spectacle ont été offertes jusqu'à présent, mais de nouvelles sont prévues en octobre au Théâtre Outremont à Montréal.

Dans ce spectacle empreint des rythmes du tango, Denis Plante joue du bandonéon. Il est accompagné par deux musiciens: un guitariste et un contrebassiste. La musique et le texte sont signés par Plante. Sébastien Ricard incarne pour sa part différents personnages.

«Le nom, La bibliothèque interdite, réfère à une partie de la vie de l'auteur Jorge Luis Borges, qui a servi d'inspiration à Denis Plante lors de la création de cette oeuvre. Avec les années, c'est une oeuvre qui évolue. Je dirais que c'est un work in progress

Visite à Orford

Ce soir à 20h, les deux artistes monteront sur la scène de la salle Gilles-Lefebvre, au Centre d'arts Orford. Mais ils ne seront pas seuls, car le spectacle auquel ils participeront mettra également en vedette Les Violons du Roy ainsi que le trio Tango boréal.

«Ce sera un peu une reprise du spectacle de 2010. Pour moi, dans le fond, ce sont des retrouvailles avec Les Violons du Roy. J'en suis vraiment heureux. J'avais trippé en 2010 quand j'avais fait le premier spectacle avec eux», explique Sébastien Ricard.

Les spectateurs auront droit à des oeuvres d'Astor Piazzolla et de Denis Plante. Sébastien Ricard effectuera la narration et interprétera deux chansons. Musique argentine, poésie et tango s'entremêleront tout au long du spectacle, le dernier de l'édition 2015 du Festival Orford.

«Ce type d'expérience me change de mon univers habituel, concède le chanteur et comédien. C'est formidable d'avoir la chance de vivre ce genre de chose avec un orchestre semblable. Moi, j'ai une fascination pour les instrumentistes et les musiciens classiques qui se consacrent entièrement à leur art.»

Et il y a les écrits de Borges, qui transportent les spectateurs ailleurs. «Borges, ça été une découverte pour moi. C'est un poète très intéressant », note Sébastien Ricard, en avouant un faible pour la culture argentine.

Petit et grand écrans 

Durant la dernière année, deux films mettant en vedette le comédien, Chorus ainsi qu'Antoine et Marie, sont arrivés sur les écrans. Les deux ont obtenu un accueil positif de la critique.

Tourné par François Delisle, Chorus traite de la perte d'un enfant. Ce film a été présenté au Festival du film de Sundance et au Festival international du film de Berlin. Sébastien Ricard et l'actrice québécoise Fanny Mallette jouent les deux rôles principaux.

« Le parcours de Chorus, notamment à l'étranger, a été assez extraordinaire. Malheureusement, à cause de mes répétitions pour la pièce Richard III, je n'ai pas pu me libérer pour aller à Sundance et à Berlin. Ça m'aurait plu par contre.»

Bien que plusieurs acteurs se déclarent incapables de se voir à l'écran, le comédien a regardé Antoine et Marie une fois le tournage complété. «Pendant le tournage, je n'avais presque pas de scènes avec Martine Francke, qui joue le premier rôle féminin. J'ai été impressionné en prenant connaissance du résultat», explique-t-il.

Par ailleurs, le comédien est de la distribution de la télésérie Le clan, qui sera bientôt présentée sur Ici Radio-Canada télé. «C'est un retour à la télé pour moi. Ça faisait un petit moment que je n'en avais pas fait. C'est un projet solide avec une super distribution.

«Je suis vraiment fier d'avoir été choisi pour ça», lance celui qui jouera le rôle d'un criminel repenti dans cette série.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer