Andy St-Louis lance Petit bout de femme

Andy St-Louis... (Photo fournie)

Agrandir

Andy St-Louis

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Finissante du cégep de Drummondville en 2012, puis de l'école de la chanson de Granby en 2013, Andréanne (Andy) St-Louis met tous les efforts nécessaires afin de percer dans le monde de la musique. À force d'acharnement, elle est parvenue à se créer un été relativement chargé et s'apprête à lancer son premier album, le 2 septembre à l'Alizée de Montréal.

La Drummondvilloise espère se démarquer de la masse avec son petit album de huit titres financé en partie par le programme Jeunes volontaires. Intitulé Petit bout de femme, cet opus propose des pièces de type pop cabaret. Elle ne s'attend pas nécessairement à un succès radiophonique, mais espère que les amateurs seront nombreux à vouloir la voir sur scène. «C'est un peu différent du folk intimiste qui est à la mode actuellement, je voulais me distinguer», explique-t-elle.

Par son oeuvre, Andy St-Louis espère convaincre les auditeurs de l'importance de conserver leur coeur d'enfant même si le temps a tendance à passer rapidement.

«Il s'agit de chansons nées de l'incertitude, beaucoup axées sur l'importance de vivre le moment présent. Je raconte qu'il est correct de ne pas vouloir vieillir et de garder son coeur d'enfant. Même si le temps passe, c'est important de jouer un peu», ajoute-t-elle.

Au cours des derniers mois, l'artiste de la relève s'est déniché un graphiste et une ressource pour ses relations de presse. Elle est présentement en démarche pour la distribution numérique de son album et mise sur le sociofinancement pour l'impression physique de son oeuvre.

À Victoriaville ce jeudi soir

Au cours de la dernière année, la jeune femme est montée sur les planches en première partie des spectacles de Karim Ouellet, Patrick Normand et Valérie Carpentier, pour ne nommer que ceux-là. Elle affirme avoir suffisamment de contrats cet été pour vivre de son art. Elle sera notamment au colisée Desjardins, ce jeudi soir, dans le cadre de l'Exposition agricole de Victoriaville.

«J'ai vraiment hâte de jouer à Victoriaville, c'est toujours spécial. Ma grand-mère habite ici, c'est plaisant de retrouver mes racines et la foule est toujours réceptive», affirme-t-elle.

Puisque le spectacle est prévu pour une durée de 30 minutes, elle n'aura pas le temps de s'étendre bien longtemps sur son court répertoire. Elle entend toutefois laisser sa carte de visite en entonnant une poignée de ses meilleures chansons. La plupart se retrouvent sur son nouvel album, elle pigera également dans les chansons d'une démo enregistrée il y a quelques années.

«Je veux donner aux gens le goût d'aller voir ce que je fais, d'en apprendre plus sur moi, c'est parfait comme scène pour quelqu'un qui commence, ça permet de remettre sa carte de visite», suggère-t-elle.

Après Victoriaville, la jeune St-Louis sera à Sherbrooke, le 11 août, pour participer à l'enregistrement d'une émission d'Art d'oeuvre. Elle sera aussi sur scène dans le secteur Lennoxville, le 21 août. «Ce n'est pas facile semble-t-il pour les artistes ces temps-ci. Je me compte choyée d'avoir autant de spectacles», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer