Salomé sur une belle lancée

Salomé Leclerc... (La Presse, François Roy)

Agrandir

Salomé Leclerc

La Presse, François Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) C'était en mai dernier. L'entrevue avec Pierre Lapointe tirait à sa fin. On causait coups de coeur culturels des derniers mois. Et Salomé Leclerc trônait au sommet de sa liste. «Parce qu'elle est extraordinaire sur scène. Il faut absolument la voir en spectacle», insistait-il à grands coups d'éloges.

«La scène, c'est mon petit terrain de jeu», confirme la principale intéressée, touchée par les bons mots de Lapointe. «Quand j'écris une chanson, je pense déjà à la façon dont je vais l'apporter sur les planches. À force de faire des spectacles, j'ai développé une plus grande aisance devant le public. Et j'assume davantage ma guitare maintenant. Je suis passée d'auteure-compositrice-interprète qui s'accompagne à la guitare à auteure-compositrice-interprète-guitariste. Ça fait une grande différence. Je pense que le public le ressent aussi.»

En tout cas, il répond présent. Depuis le début de l'été, la brune chanteuse s'étonne de pousser la note devant des foules aussi denses. Ici comme en Europe, les spectateurs sont au rendez-vous, aussi enthousiastes que nombreux. Il faut dire que l'année 2015 est un peu beaucoup l'année Salomé Leclerc, qui a réussi un beau doublé en récoltant dernièrement les prestigieux prix Rapsat-Lelièvre et Félix-Leclerc.

«En tant qu'auteure-compositrice, on espère toujours mettre la main là-dessus parce que les jurys de ces prix reconnaissent les qualités des chansons qu'on a écrites et composées. Ils accordent de l'importance aux mélodies comme aux textes. Personnellement, lorsque je crée, j'ai cette volonté de ne pas refaire la même chanson. Je me donne une grande liberté, beaucoup de latitude.»

Attention! Décollage!

Tout juste de retour d'une petite tournée de dix jours en Europe, la musicienne de 29 ans a l'impression que les choses décollent, que son disque prend un nouvel envol, ici comme là-bas.

«Depuis que je fais de la musique, c'est mon été le plus occupé. Lorsque je pars de l'autre côté de l'Atlantique, je ne me fais pas trop d'attentes. Je livre ce que j'ai à livrer et on voit pour la suite. Cette fois, j'ai pris l'avion avec mes deux musiciens. Je retournais en Europe pour la première fois depuis le lancement de mon second disque, 27 fois l'aurore, et j'ai été surprise de voir qu'il y avait un public qui semblait m'attendre. Je pense vraiment qu'on a gagné des points là-bas. Et je crois bien qu'on y retournera avant longtemps.»

D'ici son prochain vol transatlantique, Salomé mettra le cap sur le Vieux Clocher de Magog, où elle jouera pour une première fois dimanche.

«J'ai beaucoup entendu parler de cet endroit mythique. J'y serai avec deux musiciens que je connais depuis longtemps, José Major et Philippe Brault. On a ensemble une grande complicité, une belle chimie.»

Le trio interprétera la plupart des chansons du deuxième disque, mais il pigera aussi dans le répertoire du premier album signé Salomé.

«Ces chansons-là, on les a vraiment métamorphosées. Tellement que, avant que je commence à chanter, les gens ne les reconnaissent pas.»

Avec des dates de spectacles prévues à l'agenda jusqu'en 2016, la chanteuse ne sait pas trop quand elle trouvera le temps d'écrire de nouvelles chansons. Mais elle le trouvera, promet-elle.

Si bel élan

«Pour l'instant, j'ai besoin de tout donner au spectacle. C'est nécessaire pour moi de laisser passer du temps avant de replonger dans un nouvel album. Je commence quand même à y réfléchir. Je suis sur un si bel élan, je n'ai pas envie d'attendre trop longtemps avant de lancer un troisième disque. Les voyages m'inspirent beaucoup. Les histoires que j'entends autour de moi aussi. Quand je suis en période d'écriture, je suis comme une éponge, j'ai besoin de lire, de me remplir la tête de mots et d'images. Dany Laferrière, Nancy Huston, Kim Thúy et David Foenkinos sont tous des auteurs qui nourrissent ma créativité. Les musiques, elles, viennent plus aisément. Beaucoup de chansons ont d'abord été des mélodies et des rythmes sans textes», dit celle qui préfère de toute façon écrire pendant la saison froide.

«L'automne et l'hiver m'inspirent davantage. C'est peut-être pour ça qu'il y a quelque chose de mélancolique et d'un peu froid dans mes chansons.»

Pour autant, son spectacle n'est pas bâti de façon à laisser l'assistance de glace.

«J'aime créer des ambiances, des atmosphères, il y a donc plusieurs couleurs dans le spectacle. Des moments très rock, d'autres plus planants. On essaie de garder un équilibre dans tout ça.»

VOUS VOULEZ Y ALLER?

27 fois l'aurore

Salomé Leclerc

Dimanche, 20 h 30

Vieux Clocher de Magog

Entrée : 29,50 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer