Rencontre au sommet de l'art

Myriam Benoit (à droite) fait partie des artistes... (La Tribune, Christine Bureau)

Agrandir

Myriam Benoit (à droite) fait partie des artistes qui ont participé dimanche à l'oeuvre collective du Camp artistique de l'Estrie 2015, qui a clos trois jours de création et d'activités. Ce sont Jean-François Vachon et Catherine Migneault qui se sont chargés d'organiser cette e édition.

La Tribune, Christine Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Christine Bureau</p>

(Racine) Il n'y a pas que les enfants qui aiment aller au camp. Les artistes aussi. Et quand ae camp allie créativité, échanges, spectacle et nature, on se dit que trois jours, c'est bien vite passé.

Le Camp artistique de l'Estrie célébrait sa 5e édition en fin de semaine. Du rassemblement axé autour de la littérature qu'il était en 2010, le Camp est devenu un événement artistique à part entière, où chacun y trouve son compte.»Ça rassemble tout ceux qui ont un intérêt pour l'art, toutes disciplines confondues. Ça grossit d'année en année. Il y des habitués qui viennent tous les ans, d'autres qui sont venus pour la première fois», explique le coorganisateur de l'événement, Jean-François Vachon. Issu du monde du slam, il fait aussi dans l'humour, en plus d'animer les soirées à micro ouvert des Cabarets Well-King, et l'émission du même nom sur MAtv, avec Mathieu Proulx. Un parcours diversifié, à l'image du Camp artistique de l'Estrie.

«Dans la forme qu'on a là - un camp multidisciplinaire - je pense qu'on est unique en Estrie. Ça comble un besoin. Les gens sont très contents de se rencontrer, d'échanger. Le point fort du Camp, c'est aussi d'avoir un endroit comme ici, où les gens peuvent se promener, faire du camping, marcher en pleine nature. C'est tranquille, inspirant», fait-il remarquer. Pour une deuxième année consécutive, c'est à l'Auberge de la Grande Ligne, à Racine, que se déroulait le Camp.

L'endroit est en effet chaleureux, rassembleur. Vendredi, il a servi de décor à l'activité de lecture libre, suivie le lendemain d'un brunch de réseautage. Puis, se sont succédé les ateliers. L'un de créativité et écriture, un autre de techniques vocales ainsi qu'un de performance scénique, animé par la poète Marianne Verville. La journée s'est terminée par un spectacle mettant en vedette les artistes de la Cuvée artistique de l'Estrie, les anciens (Ian Fournier, 2010, Bianca Beaudoin, 2014 et Kyra Shaughnessy , 2013) comme l'actuelle Cuvée (Hans Heinrich).

«J'ai participé à toutes les activités, relate Marie-Ève Yergeau, artiste peintre issue de la Cuvée 2015. J'ai bien aimé celui de la présence scénique. Je pense qu'on a tous quelque chose à s'apporter mutuellement.»

Même son de cloche du côté de Myriam Benoit. La Campeuse «touche-à-tout» en est à sa 5e année. «C'est une belle gang. Les activités sont très stimulantes», assure-t-elle, une cannette de peinture dans la main. Comme d'autres, elle participait dimanche à la création d'une oeuvre collective, animée par Valérie Whissell.

Cette dernière affirme qu'il est «inspirant» de rencontrer d'autres artistes qui ont leur propre médium. «En arts visuels, surtout, on travaille très isolés dans nos studios. C'est tellement inspirant de pouvoir se regrouper ensemble. Il y a un esprit d'équipe, de famille», résume-t-elle. Pour le prochain «party de famille», il faudra attendre la 6e édition du Camp artistique de l'Estrie, que Jean-François Vachon a déjà promis de mettre sur pied.

Pour voir les performances du spectacle du Camp, regardez en août les émissions du Cabarets Well-King sur MAtv, notamment diffusée les lundis à 11 h et 17 h ainsi que les mardis à 11 h 30 et 21 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer