Sylvie Desgroseilliers attend toujours

Sylvie Desgroseilliers... (Photo fournie)

Agrandir

Sylvie Desgroseilliers

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Le passage controversé de Sylvie Desgroseilliers à la populaire émission La voix n'aura finalement pas eu l'effet recherché pour la chanteuse, qui souhaitait obtenir l'occasion de lancer sa carrière solo. Quatre mois plus tard, elle patiente toujours.

»Contrairement à ce que les gens croient, La voix n'offre pas la montée fulgurante. C'est parfait pour les artistes qui commencent et qui passent de 0 à 10 appels pour des contrats ou des spectacles. De mon côté, ça a aidé un peu, mais ça n'a pas fait une grosse différence. Je cherchais à lancer une carrière solo, à obtenir un contrat de disque. Ce n'est pas arrivé», lance-t-elle, déçue.

La présence de la chanteuse lors des auditions à l'aveugle, en janvier dernier, avait suscité une controverse sur les réseaux sociaux, certains amateurs estimant qu'en tant que professionnelle, Sylvie Desgroseilliers aurait dû laisse sa chance à d'autres, même si elle traversait une période sans contrats. L'interprète avait été retenue dans l'équipe d'Éric Lapointe, mais s'était inclinée quelques semaines plus tard lors du duel contre Johanne Lefevbre. Leur interprétation de Je ne suis qu'une chanson de Ginette Reno s'est néanmoins retrouvée sur l'album La voix III.

Qu'à cela ne tienne, la vétérane continue de rouler sa bosse. Elle parcourra notamment la province cet été et cet automne avec son spectacle Femmes de soul au sein duquel elle rend hommage aux chanteuses noires qui ont marqué l'Histoire. De Joséphine Baker à Whitney Houston, en passant par Aretha Franklin, elle fera montre de sa polyvalence.

»Ce spectacle commence à prendre de l'ampleur. Il y a de plus en plus de demandes. Le fait que je sois capable de chanter tant le blues que le jazz, le pop et le rock aide beaucoup», confie-t-elle.

En compagnie de Bob Walsh à Victoriaville

Desgroseilliers a également renoué jeudi soir avec son bon ami Bob Walsh, pour un spectacle qui avait lieu au parc Terre-des-jeunes de Victoriaville, dans le cadre du Festival de blues. Cela faisait déjà quelques années que les deux artistes n'étaient pas montés sur une même scène.

«Je ne dis jamais non lorsque Bob appelle pour jouer avec moi. À mon avis, il est le plus grand bluesman au Québec. On a toujours eu beaucoup de plaisir à partager la scène. Malheureusement, on a eu des projets différents», se réjouit-elle.

Les deux acolytes ont notamment entonné la pièce Summertime, une chanson qui a fait beaucoup jaser lors d'une des émissions de Belle et Bum. «Encore aujourd'hui, on m'en parle. Elle était une coche au-dessus. C'était une belle réussite», raconte celle qui considère avoir une influence qui se compare un peu à celle d'Etta James.

«Quand on me demande de participer à un spectacle, ce n'est pas pour faire des balades. Ça va brasser. C'est ma carte de visite», conclut-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer