L'Afrique vibre en Estrie

Mariétou Diallo... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Mariétou Diallo

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Les rythmes d'Afrique reviennent à Sherbrooke pour une douzième année consécutive. Les tamtams, les tambours et autres percussions résonneront dans les rues de la ville dès ce soir et ce, pour les neuf prochains jours.

Le groupe Bumaranga, qui allie les sons de la musique colombienne aux sonorités africaines, ouvrira le festival des rythmes africains au bistro Le Duplessis ce soir. Jusqu'au 2 août, chaque soir, les Sherbrookois et les visiteurs de la région auront la chance de découvrir les différents styles musicaux que permettent de créer les instruments traditionnels africains, de même que les nombreux rythmes que proposent les pulsations des percussions.

«La diversité de l'évènement est sa plus grande richesse», commente sans détour Mariétou Diallo, la marraine de l'évènement.

Cette pluralité des genres, c'est Takhiou Gueye, le président de l'évènement, qui y tient. Ainsi, ça se reflète incontestablement dans la programmation à laquelle sont intégrés des groupes de la région, d'ailleurs au Québec, d'Afrique, bien entendu, mais aussi des artistes d'autres régions du monde qui insèrent dans leurs oeuvres des sonorités africaines.

Parmi les artistes invités, il est impossible de ne pas mentionner la présence de la chanteuse internationale, Marcia Griffiths, surnommée la reine du reggae. D'autres artistes de talent font aussi partie de la programmation. Parmi ceux-là, Mariétou Diallo connaît Didier Awadi, un chanteur sénégalais qu'elle a rencontré alors qu'elle se trouvait dans ce pays. «C'est un grand plaisir de l'avoir parmi nous samedi, c'est un grand chanteur sénégalais, connu là-bas», raconte-t-elle. L'artiste a en effet participé à une collaboration avec Wyclef Jean, un peu plus connu par le public sur la scène internationale.

«Quand les artistes arrivent à Sherbrooke, ils viennent rejoindre une grande famille», dépeint Mariétou Diallo. «C'est l'occasion pour notre communauté de se retrouver entre frères puis entre soeurs, et aussi de rencontrer la population de Sherbrooke. C'est un grand moment où on est unis, où il y a de bons échanges», poursuit-elle, avec un grand sourire aux lèvres.

Comme le dit si bien Mme Diallo, le festival des rythmes d'Afrique permet aux membres de sa communauté de faire découvrir la musique et les traditions de leurs pays, un univers souvent méconnu. La belle aux origines sénégalaises se dit aussi très heureuse que les gens commencent à prendre leurs vacances selon les dates du festival. «C'est une belle marque d'appréciation envers ces festivités», remarque-t-elle.

Vous voulez y aller? Toute la programmation est sur le site internet www.rythmesdafrique.com. Les détails sur les artistes ainsi que de l'information supplémentaire concernant les spectacles sont aussi disponibles sur la page Facebook de l'événement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer