• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Exposer au Louvre... une journée au moins 

Exposer au Louvre... une journée au moins

C'est cette photo d'un refuge dans les arbres... (Photo fournie par Michel Chamberland)

Agrandir

C'est cette photo d'un refuge dans les arbres de la station Au Diable vert de Sutton qui s'est retrouvée parmi les oeuvres exposées auLouvre le temps d'une journée dans le cadre du Exposure Award.

Photo fournie par Michel Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sonia Bolduc
La Tribune

(SHERBROOKE) Michel Chamberland n'est pas qu'un rêveur, c'est un réalisateur de rêves. Des siens, à tout le moins. Et soyons honnêtes, le photographe drummondvillois ne fait pas les choses à moitié : il sait saisir aussi bien les moments de la vie sur pellicule que les occasions de faire voyager ses images.

Après avoir exposé certains de ses plus beaux clichés sur Times Square à New York ou à la foire d'art Scope de Miami, voilà que Chamberland franchissait hier les portes du Louvre dans le cadre de la cinquième édition de Exposure Award, le plus important concours de photographie gratuit au monde.

L'exposition éphémère prenait place en marge des événements réguliers du musée le plus populaire du monde.

Michel Chamberland a été sélectionné parmi les finalistes du concours remporté cette année par la Mexicaine Gabriela Torres Ruiz. C'est sa photographie d'un refuge dans les arbres de la station Au Diable vert de Sutton, saisie dans une nuit étoilée, qui s'est retrouvée dans l'exposition numérique, au côté des oeuvres des autres concurrents ayant tracé leur voie parmi les finalistes.

«J'avais soumis toute une série de photos, ce sont les juges qui ont choisi celle-ci», raconte un Michel Chamberland pour le moins reconnaissant de ce que la vie lui propose depuis deux ans.

«Il n'y a pas de prix en argent rattaché à ça, mais la visibilité et le réseau de contacts que ça apporte sont un grand prix en soi.»


C'est via le regroupement d'artistes en arts visuels SeeMe que le Drummondvillois s'est retrouvé parmi les photographes de l'expo 2014 d'Exposure, qui a été vue sur Times Square puis à Los Angeles, Paris, Milan et Hong Kong, la même organisation qui vient de faire entrer une horde de photographes au Louvre le temps de cette exposition qui devrait se retrouver en ligne au cours des prochains jours.

«Il n'y a pas de prix en argent rattaché à ça, mais la visibilité et le réseau de contacts que ça apporte sont un grand prix en soi, note le Drummondvillois de 43 ans, un autodidacte qui compte bien vivre de son art sous peu.

«J'avais fait de la photo plus jeune et j'ai arrêté à la naissance de ma fille en vendant tout mon équipement. En 2010, j'ai vu une pub de Nikon. L'ancien moi plus paresseux aurait attendu au lendemain, mais le nouveau moi est parti s'acheter un appareil et a lancé ses projets. Avant, j'avais des projets, mais je remettais ça dans le temps, j'étais trop paresseux pour les mener à terme. C'est fini, ça. Je vais au bout de mes projets.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer