• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Théâtre Les Bâtisseurs de montagnes remet ça 

Le Théâtre Les Bâtisseurs de montagnes remet ça

Offrir 19 saisons consécutives de théâtre d'été en région avec des comédiens... (Photo Facebook)

Agrandir

Photo Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nelson Fecteau
La Tribune

(THETFORD MINES) Offrir 19 saisons consécutives de théâtre d'été en région avec des comédiens amateurs sans connaître d'échec : c'est l'exploit qu'a réalisé le Théâtre Les Bâtisseurs de montagnes, qui présente pendant tout l'été la pièce Bonnes vacances.

« Nous n'avons pas pris de recette particulière. Nous avons toujours offert des comédies, mais de genres différents. Le secret, c'est d'offrir de la qualité. Il faut éblouir les gens, par le texte, le jeu des comédiens, les décors ou les costumes », d'expliquer Germain Nadeau, qui a assuré la mise en scène des 19 pièces présentées par les Bâtisseurs de montagnes. Comme par hasard, Yves Kirouac a fait de même au niveau de la scénographie.

La pièce Bonnes vacances de l'auteur français Francis Joffo offre un défi particulier, selon Germain Nadeau. « Le rythme. Il faut entretenir le rythme, faire preuve d'énergie constante. Les personnages parlent beaucoup et la bouche va plus vite que le cerveau. Les comédiens doivent donc bien posséder leur texte pour avoir l'air de s'amuser », d'expliquer le metteur en scène, qui reconnaît qu'une distribution de sept comédiens comme dans Bonnes vacances, c'est une grosse distribution.

« Le plus difficile, ce n'est pas vraiment de diriger tout ce monde. C'est de trouver les bons comédiens pour les bons personnages. Ce sont tous des talents régionaux. Il faut que tout le monde soit bien dans son rôle. »

Le Théâtre Les Bâtisseurs de montagnes offrira une trentaine de représentations de Bonnes vacances dont la version originale s'intitulait Drôles de vacances. « Yves Kirouac en a signé l'adaptation. L'action se déroule non pas sur la Côte d'Azur, mais dans les Cantons-de-l'Est. Yves a québécisé la pièce et les personnages, qui ont tous des liens entre eux. Malentendus, quiproquos et de nombreuses portes caractérisent ce boulevard. À dessein, il n'y a pas de claquage de portes pour éviter d'énerver les spectateurs, mais il y a une circulation épouvantable », de préciser Germain Nadeau.

Une quinzaine de personnes sont impliquées dans la production de cette année. Pour Germain Nadeau et ses complices, la préparation dure pratiquement toute une année. « Il faut lire plusieurs pièces, choisir la distribution, penser à la publicité. Environ 50 pour cent de notre clientèle provient de l'extérieur. »

La salle du studio-théâtre Paul Hébert compte 145 places. « Chaque année, c'est un défi. Un défi artistique et un défi administratif. La publicité et les décors commandent de grosses dépenses. Toutefois, notre taux d'assistance est habituellement de 90 à 105 pour cent! »

Jusqu'à maintenant, quatre représentations de Bonnes vacances ont été données et les commentaires se sont avérés élogieux. Quant à l'achalandage, Germain Nadeau prévoit une très bonne participation.

Les habitués retrouveront avec plaisir les comédiens Carole Émond, Louis-Étienne Nadeau, Suzanne Bradet-Girard et Bernard Turcotte. Pascal Godbout, Isabelle Lessard et Katrine Dulac complètent la distribution.

Sept comédiens, neuf personnages et des surprises comme en réserve souvent le théâtre d'été.

Bonnes vacances est à l'affiche les mercredis, vendredis et samedis jusqu'au 29 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer