La crue des eaux alcoolisées

Steve Roy... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Steve Roy

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(COATICOOK) La vie a encore une fois déversé sa douce ironie. Dame Nature a choisi de noyer Coaticook alors que le présentateur météo d'ICI Radio-Canada Estrie s'apprête à y amorcer son emploi d'été, loin de ses cartes radars. La crue ne change par contre rien à ses plans. Il ouvrira le débit de la boisson vendredi soir, avec la première de La virée d'Al Capone, un spectacle hybride entre conte, théâtre et humour sur l'histoire de la prohibition dans la région.

Personne ne peut jurer que le plus célèbre gangster américain a déjà mis un pied en Estrie, mais plusieurs témoignages s'accordent pour dire que ses hommes ont traité de ce côté-ci de la frontière et qu'il y aurait lui-même passé des vacances. Steve Roy y croit.

Toutefois, si son one-man-show porte son nom, le célèbre Scarface ne sera pas au centre de son monologue. Il a préféré gratter les petites histoires anecdotiques qui se cachent dans la grande histoire, de Sutton à East Hereford, de 1848 à 1930.

« Les petits contrebandiers créatifs, qui trouvaient toutes sortes de stratagèmes pour arrondir leurs fins de mois, ce sont eux qui m'intéressent. Ceux qui cachaient de l'alcool dans une grange, ce maire qui a ouvert la première distillerie de Coaticook... Leurs histoires sont ridicules, quand on les considère aujourd'hui », dit le Coaticookois de souche qui, au fil de ses recherches, s'est même découvert une parenté avec un des plus grands contrebandiers.

Pendant huit mois, le passionné d'histoire a recueilli des témoignages et fouillé des archives. Le communicateur, qui avait hésité entre la voie de la radio et celle du théâtre au cégep, a choisi de partager ses découvertes avec une rasade d'humour.

« Il y a deux façons d'aborder le sujet : de son côté sombre et violent, ou de son côté folklorique et drôle. J'étais plus à l'aise dans cet esprit. Il y a eu deux histoires de meurtres dans la région, mais ce n'était pas le Far West, ici. Les gens vont apprendre des choses, mais ils vont surtout être divertis. »

Ils seront aussi hydratés, puisque les spectateurs seront accueillis avec une cruche de bière de microbrasserie à leur table. « Ça fait partie de l'expérience! » suggère celui qui se fera conteur dans un décor de caisses, de barils et de bouteilles de bagosse.

Maturation lente

Steve Roy le cuve depuis longtemps, ce spectacle. Au début des années 2000, avant de devenir l'un des premiers artisans de la station Génération Rock, il travaillait au bureau touristique de Coaticook. Le projet de raconter l'époque de la prohibition avait alors été mis sur la table, mais était mort dans l'oeuf.

Quinze ans plus tard, le succès de Foresta Lumina a rallumé l'idée. Présentée au parc de la gorge et conçue pour être combinée à une visite du parcours lumineux, La virée d'Al Capone est un pari audacieux, considérant que Steve Roy a pris congé de son emploi rémunéré à la société d'État et qu'il y a déjà investi 4000 $ de sa poche. « Grâce à Foresta Lumina, on sait qu'il va y avoir du monde sur le site. Si le succès est au rendez-vous, on aimerait que ça revienne l'an prochain. »

Qu'il le veuille ou non, le succès dépendra aussi de dame Nature. Il la côtoie d'assez près depuis cinq ans pour lui demander de collaborer, non?

La virée d'Al Capone

Steve Roy

Grange ronde du parc de la gorge de Coaticook

Les vendredis et samedis de juin (19 h 10, 20 h 30, 21 h 45)

Tous les soirs

du 26 juin au 22 août

Billets: 14,90 $ plus taxes

(12,40 $ pour les moins de 18 ans)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer