L'art entre au 3IT

Étienne Saint-Amant a dévoilé hier l'imposante oeuvre qu'il... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

Étienne Saint-Amant a dévoilé hier l'imposante oeuvre qu'il a réalisée pour l'Institut interdisciplinaire d'innovation technologique (3IT) de l'Université de Sherbrooke. Le directeur du 3IT, François Michaud (à droite), en a profité pour faire l'annonce d'un nouveau partenariat avec l'artiste contemporain, dont la création est guidée par des principes mathématiques.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On imagine souvent les départements de sciences en blanc, tout en blanc. Probablement à cause de leurs laboratoires immaculés. Les étudiants et professeurs qui fréquentent l'Institut interdisciplinaire d'innovation technologique (3IT) de l'Université de Sherbrooke sont maintenant accueillis par une douche de couleurs.

Une oeuvre vibrante d'Étienne Saint-Amant trône dans l'entrée principale du complexe. Mesurant près de 2,5 m2 et pesant 65 kilos, La nature cristalline de la matière et de l'espace est imposante, mais elle ne représente que le début d'une collaboration «scientifico-artistique» entre l'atypique créateur sherbrookois et l'Institut, dont les fruits intéressent déjà le Centre national de la recherche scientifique en science en France.

Étienne Saint-Amant a créé par ordinateur cette oeuvre de grand format selon les principes de la géométrie fractale, qui orientent sa production depuis plus de dix ans. Il s'est inspiré de l'architecture moderne du bâtiment du boulevard de l'Université, mais également du bouillon de questions qu'y mijotent les étudiants en robotique, en génie comme en nanotechnologies.

«C'est une idée qui germait depuis plusieurs années. Je suis un explorateur de l'art et de la science. J'avais besoin de mettre les tentacules de mon esprit, ici, au 3IT. Et je crée avec les mathématiques, qui sont la mère de toutes les technologies. Je voulais que mon oeuvre puisse nourrir l'esprit des gens qui y vivent» a déclaré le trentenaire, lors de l'inauguration officielle vendredi matin.

Accès privilégié

Évalué à 25 000 $, le tableau, qui s'ajoute à la collection d'art de l'Université de Sherbrooke, ne servira pas qu'à enjoliver le décor. Il marque également le début d'un partenariat inédit entre Étienne Saint-Amant et le 3IT. L'artiste, qui a notamment exposé aux États-Unis, en Chine et en Espagne, obtient un accès privilégié aux infrastructures de recherche pour explorer «d'autres possibilités de mêler l'art et la science», surtout avec les nanotechnologies.

Le professeur Vincent Aimez, coinstigateur du projet, voit dans cette collaboration un moyen original de faire rayonner les sciences, dans un centre qui mise justement sur la synergie entre les disciplines. «L'idée d'utiliser les nanotechnologies pour en arriver à des réalisations visibles à l'oeil nu est emballante», soutient le professeur de génie.

Étienne Saint-Amant sera peut-être le seul artiste à arpenter les couloirs de ce centre d'innovation, mais il ne s'y sentira pas comme un imposteur, puisqu'il détient lui-même une maîtrise en informatique, avec une spécialisation en imagerie médicale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer