• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Nouvelle direction au Centre d'art de Richmond 

Nouvelle direction au Centre d'art de Richmond

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Christine Bureau</p>

(Richmond) Le Centre d'art de Richmond (CAR) a un nouveau directeur général, Dominique Bourdeau, le troisième à prendre place sur cette chaise en moins d'un an. Au sein du conseil d'administration, deux membres ont donné leur démission, dont le président Richard Arseneault.

« C'est loin d'être une situation idéale », admet d'emblée Pierre Lalande. Nommé par la Ville de Richmond en juillet dernier, son rôle est d'accompagner le conseil d'administration et la direction générale afin d'« aider le CAR à relever les défis qui sont à relever », dont celui de financer d'urgents travaux de réfection.

« Ces changements de garde, ça n'aide pas, c'est sûr. Par contre, les démarches de financement se poursuivent. Par exemple, il y a plusieurs démarches qui ont été faites au cours des derniers mois, notamment avec les municipalités de Richmond, Melbourne et Cleveland, pour un soutien financier. Ces municipalités se sont engagées au cours des derniers mois à financer les rénovations. Malgré la situation, ils maintiennent ces budgets », affirme M. Lalande.

Outre ces travaux de réfection, le CAR doit également composer avec un déficit de plus de 160 000 dollars, accumulé entre 2012 et 2013. Avant de démissionner, le président du conseil d'administration, Richard Arseneault, et la conseillère municipale, Céline Bourbeau, auraient voulu couper dans le « volet diffusion » du CAR, soutient M. Lalande. « Ils avaient des points de vue différents. Ils jugeaient qu'on devait réduire de façon très considérable la programmation pour réduire le risque financier et même peut-être prendre une sabbatique de la diffusion de spectacles afin de rétablir la situation financière du CAR », mentionne-t-il.

Ce n'était pas le cas du reste du conseil d'administration, qui a préféré diminuer le nombre de spectacles, mais garder « une programmation assez complète ». Richard Arseneault a parlé pour sa part de « problèmes internes », sans commenter davantage.

Programmation réduite

Vingt-trois spectacles seront ainsi présentés au CAR en 2015-2016 plutôt qu'une quarantaine l'an dernier. « Depuis deux ou trois ans, la programmation était beaucoup plus ambitieuse. Plus vous avez une programmation ambitieuse, plus vous devez vendre de billets, et on sait qu'en 2015, on se trouve dans un environnement très concurrentiel », fait-il valoir.

L'ancienne directrice générale, Isabelle Lemieux, aurait plutôt quitté le CAR afin de « relever d'autres défis » ailleurs. « Vous savez, c'est colossal comme défi d'assurer la pérennité du CAR », a simplement spécifié M. Lalande.

Son successeur à la direction générale, Dominique Bourdeau, se fait néanmoins optimiste. « Il y a beaucoup de travail à faire. On ne veut pas simplement réparer les petits trous, mais aussi inscrire la prochaine campagne de financement dans une vision à long terme », avance-t-il.

Les différents comités de travail créés sous la direction d'Isabelle Lemieux sont maintenus, mais pourraient se modifier selon les priorités qui seront établies. Quant au conseil d'administration, les postes devraient être pourvus au cours des prochaines semaines, précise-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer