Foultitude créative

Lundi, la directrice de la Maison des arts... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Lundi, la directrice de la Maison des arts et de la culture de Brompton, Maude Charland-Lallier (à gauche), a présenté les artistes qui réaliseront sur son terrain six installations in situ cet été. Sur le thème Foultitude, la nature des liens, les oeuvres de Nadia Loria Legris, Roger Gaudreau, Carole Melançon, Kate Morrison, Fanny Perras et Élaine Frigon (Simon Éthier et Jeanne Faure sont absents sur la photo) seront mûres pour être admirées à compter du 21 juin.

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Oubliez les radis et la scarole. Pour un huitième été, ce qui poussera dans la cour de la Maison des arts et de la culture de Brompton ne s'apprêtera pas en salade. Le mesclun d'art qui sera produit sur les berges de la rivière Saint-François, à compter du 21 juin, aura toutefois tout ce qu'il faut pour encourager de saines habitudes imaginaires.

Une famille d'arbres vêtus de la tête au tronc, une table de pique-nique occupée par des figurines humaines et animales, un cercle de chaises de bois appelant à un cénacle spontané : les Jardins réinventés cultiveront encore une fois d'originales installations in situ.

C'est grâce à une campagne de sociofinancement fructueuse, au cours de laquelle 70 contributeurs auront donné plus de 7000 $ ce printemps, ainsi qu'au soutien de son arrondissement, que l'événement saisonnier aura lieu, même en période de sécheresse économique. Ce petit miracle, poussé dans le sable de l'austérité, donne un nouveau sens à l'expression «jardin communautaire».

«Les deux tiers des sous sont venus du grand public. C'est une confirmation pour nous qu'ils sont importants pour les gens, ces jardins. Et cette année, ils seront à la fois audacieux et diversifiés», se réjouit Maude Charland-Lallier, la nouvelle directrice de la Maison, qui a bêché avec ardeur pour s'assurer que l'événement ne soit pas présenté en version rabougrie.

Dehors

D'ailleurs, le thème de cette édition incite à l'abondance plutôt qu'à l'indigence : Foultitude, un mot-valise vieilli qui a son entrée dans Le Robert et qui évoque à la fois la multiplicité et la réunion, a amené les artistes/jardiniers sur des sentiers variés.

Avec du bois, du métal, de l'argile, du plâtre, des plantes et des vêtements recyclés, entre autres matériaux, six lopins du parc de la Rive seront travaillés par des artistes professionnels de Sherbrooke, Montréal et Saint-Étienne-des-Grès.

L'auteure-compositrice-interprète sherbrookoise Kate Morrison, dont on ignorait qu'elle avait décroché en 2013 son diplôme de deuxième cycle en pratiques artistiques actuelles de l'Université de Sherbrooke, dévoilera notamment sa première installation extérieure, en équipe avec Carole Melançon. «Le thème nous a inspiré une invitation à la réunion. Nous installerons des chaises en cercle, une forme qui symbolise bien l'appartenance que l'on peut avoir à un groupe», décrit-elle.

Deux autres jardins seront aménagés par des étudiants au certificat en arts visuels de l'Université de Sherbrooke et des élèves de l'école Mitchell-Montcalm. Succès des dernières éditions, le parcours d'art sonore immersif Biotope sera présenté en reprise et l'oeuvre satellite La Dame Howard et son jardin sera arrosée de nouveau au Domaine Howard.

Et dedans

Trois expositions de photos présentées «en serre», à l'intérieur de la Maison, écloreront aussi le jour du solstice. Élaine Frigon, qui habillera dehors une dizaine d'arbres avec des vêtements récupérés, exposera à l'intérieur des preuves de ces précédentes mises en scène avec les bonshommes à écorce.

La Sherbrookoise Suzanne Ferland, avec ses représentations du vertige prises dans un verger de Compton, et Valérie Levasseur, qui a croqué des objets quotidiens des campeurs, occuperont les autres murs.

Menacée de disparition par la perte d'une subvention, la série Brompton en concert sera elle aussi renouvelée, grâce à la collaboration de commanditaires.

Quatre spectacles de musiques du monde seront présentés gratuitement en plein air en juillet et août. Libres à vous d'y apporter votre salade de radis et scarole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer