Foule éclair et choeur durable

Geneviève Blais, chef du Choeur pop de Sherbrooke, et... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Geneviève Blais, chef du Choeur pop de Sherbrooke, et Léger Lavoie, membre de l'ensemble depuis 20 ans, invitent la population au concert du 25e anniversaire, sur le thème 25 ans à se réinventer.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Étiez-vous au Carrefour de l'Estrie dans l'après-midi du 2 mai? Entre l'achat d'un roman chez Renaud-Bray ou d'une poupée chez Toys R Us, avez-vous soudainement entendu une bande de clients se mettre à chanter Goodbye Girl de Jérôme Couture sur la place centrale, avec leurs petits sacs Dollarama, Pharmaprix ou Bentley?

Si oui, vous avez été témoins de la foule éclair (flashmob) du Choeur pop de Sherbrooke. Ce dernier donnait un avant-goût des trois concerts qui marqueront son 25e anniversaire.

« Ça s'est super bien passé! On entendait des commentaires comme ils sortent d'où?, sont donc ben bons! ou c'est déjà fini? Nous l'avons fait trois fois dans le même après-midi et les gens s'attroupaient très vite autour de nous », rapporte la chef de choeur Geneviève Blais, qui souligne aussi un anniversaire, soit ses dix ans à la tête de l'ensemble de 65 voix.

Sur le site de l'organisme, on peut voir une vidéo de la foule éclair et lire aussi sur la petite histoire du Choeur pop de Sherbrooke, qui fut tout d'abord un choeur d'église, celui de la paroisse Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours. Né en 1973 sous le nom des Goélands, le groupe ajoutera un répertoire de plus en plus populaire à ses programmes, jusqu'à prendre le nom de Choeur pop de Sherbrooke en 1990. Cinq ans plus tard, c'est presque le naufrage.

« Il ne restait plus que 18 membres », se souvient Léger Lavoie, qui fait partie du groupe depuis 20 ans. « Certains choristes avaient toujours espoir de revenir au répertoire sacré. La plupart ont suivi la chef de choeur lorsque celle-ci a démissionné. Il avait fallu donner un concert conjoint avec un autre choeur. »

L'arrivée de Danielle Tremblay, qui a pris les rênes du choeur en 1997, a propulsé l'ensemble vers de nouveaux sommets, grâce à l'embauche de metteurs en scène. L'ensemble passe alors à plus de 50 choristes.

Retour à la musique

« Je suis justement devenue choriste quand Danielle était là. Sa dernière année, nous l'avons dirigée ensemble, pour m'aider à faire la transition », raconte Geneviève Blais, qui se décrit comme un « pur produit » des écoles Sacré-Coeur, Mitchell et Montcalm ainsi que du Cégep de Sherbrooke.

« Quand j'étais toute petite, ma mère m'emmenait aux concerts du Choeur Héritage. Après mes études, j'ai laissé tomber la musique et je n'en ai pas fait pendant dix ans. C'est une amie qui m'a dit que je devrais joindre le Choeur pop. J'ai tellement aimé que je suis retournée faire mon baccalauréat en éducation musicale », dit celle qui enseigne aujourd'hui aux enfants des écoles Sainte-Famille et L'Assomption.

Pour le 25e anniversaire, Geneviève Blais a d'abord songé à un concert où les coups de coeur du public seraient le programme. « C'est ce que nous avions fait à nos 15 ans, puis à nos 20 ans... Mais les gens redemandaient les mêmes chansons. Nous avons donc tranché pour un concert uniquement de nouveau répertoire. C'est un concert de fidélité à nous-mêmes, avec nos petites envies », dit la directrice du choeur, qui cite Alex Nevsky, Olivier Dion, Marie-Mai... Mais elle n'en dira pas plus, préférant garder la surprise pour le spectacle.

Avec une seule concession au goût des spectateurs : 1492 : Conquest of Paradise, mentionne Léger Lavoie. « C'est un de nos classiques et, ironiquement, une de nos rares pièces qui n'est pas en français. »

Il faut dire que l'ensemble s'appuie essentiellement sur le plaisir de chanter, même s'il demeure un loisir sérieux. « Nous misons beaucoup sur l'émotion. Et nous avons la chance d'avoir huit musiciens sur scène avec nous », conclut Geneviève Blais.

25 ans à se réinventer

Choeur pop de Sherbrooke

Mise en scène : Denis Bégin

28, 29 et 30 mai, 20 h

Théâtre Centennial

Entrée : 25 $ (étudiants 15 $; enfants 10 $)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer