Pierre Lapointe : avion, boulot, dodo

Pierre Lapointe... (La Presse, David Boily)

Agrandir

Pierre Lapointe

La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) À l'autre bout du fil, Pierre Lapointe a un filet de rhume dans la voix. Les restants d'une allergie saisonnière, explique-t-il, heureux d'avoir depuis retrouvé la voix. Ce n'était pas le temps d'être K.O. À peine sorti de son siège de coach à La Voix, l'auteur-compositeur-interprète planche sur sa nouvelle aventure télévisuelle à Radio-Canada. En plus de multiplier les allers-retours entre la France et ici. En plus de monter sur scène pour les dernières représentations de PUNKT. En plus de préparer sa prochaine tournée, Paris Tristesse. Ça fait un mois de mai particulièrement chargé, non?

«C'est comme ça depuis la sortie de PUNKT. Ça n'arrête pas. Pour avancer à ce rythme, je ne bois pas, je ne fais aucune folie, aucun excès.»

Mais il ne ménage pas ses efforts professionnels et travaille d'arrache-pied sur l'émission culturelle qu'il pilotera avec Claudine Prévost à la société d'État, un «gros, gros morceau dans sa carrière».

Et un morceau qui n'a toujours pas de nom, le Pow wow initialement lancé ayant soulevé l'ire des Premières Nations.

«Ce n'est pas la fin du monde. On réfléchit, on n'a pas trouvé encore. C'est compliqué de dénicher un titre légalement libre de droits.»

Rien pour miner l'enthousiasme du coanimateur. Ce projet l'occupe depuis longtemps, plus qu'on ne saurait l'imaginer. La concrétisation de l'original concept qu'il a mis sur pied avec sa grande amie a commandé des mois de travail en amont.

«Au départ, c'était une façon de passer plus de temps ensemble. On pensait alors développer quelque chose pour le web.»

L'idée a fait du chemin et a mené le duo plus loin que prévu.

«On n'aurait même pas osé rêver d'une vitrine pareille! L'émission est faite sur mesure pour nous, elle a un format et un visuel très inhabituels. On l'a pensée de A à Z en se donnant une grande liberté. Je suis très confiant parce qu'on a une grosse équipe derrière nous. Chaque semaine, les quatre artistes invités feront des prestations hybrides entre le vidéoclip et le direct. Visuellement, ce sera quelque chose : on a 75 décors pour 14 émissions!»

Ce grand saut radio-canadien signifie-t-il qu'il n'y aura pas de deuxième saison à La Voix pour Lapointe?

«Honnêtement, je n'en ai aucune idée, je ne suis pas rendu là dans le temps. Cela dit, j'ai adoré mon expérience. C'était un peu irrévérencieux de ma part d'apparaître à cette émission, autant envers ceux qui m'aiment qu'envers ceux qui ne m'aiment pas. Mais j'y étais naturel et spontané, j'ai vécu des moments hors normes et j'ai rencontré des artistes fantastiques. Ça reste un drôle de concept. Choisir un finaliste par équipe et déterminer ensuite un grand gagnant, ça ne ressemble pas trop à ce que je connais du milieu musical. C'est quand même une école formidable. Autant pour les participants que pour les coachs.»

Son protégé, Mathieu Holubowski, n'a pas remporté la manche finale, mais il tire plus que bien son épingle du jeu, lui qui chantera deux soirs plutôt qu'un au Festival de jazz de Montréal.

«Je suis heureux pour lui. C'est un gars intelligent et talentueux qui a beaucoup voyagé, je suis content d'avoir contribué à mettre son talent en lumière. Pour l'instant, mon agenda est plein avec ce qui se passe en Europe et ici, il n'est pas question de collaboration prochaine entre nous deux, mais c'est certain qu'on va se recroiser.»

Entre la France et le Québec, sur une scène ou sur un certain plateau de télé, ils devraient bien trouver le temps.

VOUS VOULEZ Y ALLER?

Pierre Lapointe

PUNKT

Salle Maurice-O'Bready

Mardi, 20 h

Entrée : 41 $ (étudiant : 31 $)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer