• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Festival Orford a trouvé son équilibre 

Le Festival Orford a trouvé son équilibre

Jean-François Rivest a dévoilé sa dernière programmation à... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Jean-François Rivest a dévoilé sa dernière programmation à titre de directeur artistique du Festival Orford.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Orford) Avec sa vingtaine de concerts plutôt qu'une trentaine, formule réduite adoptée en 2013, le Festival Orford semble avoir enfin atteint l'équilibre souhaité. Ce qui explique sans doute pourquoi la 64e édition, qui s'amorcera le 26 juin, ne comporte pas de gros changements, à part une association avec l'Orchestre de la Francophonie et une toute nouvelle Journée de la famille. L'organisation s'ancre donc dans les réussites des dernières éditions pour appuyer celles à venir.

« En 2014, nous avons battu des records à la billetterie (si on fait exception de l'année où nous avions reçu l'Orchestre symphonique de Montréal). Les ventes de billets avaient augmenté de 15 pour cent par rapport à 2013. Nous avons aussi travaillé concert par concert, en mettant plus d'efforts sur ceux qui se vendaient moins. Bref, je crois que nous avons trouvé l'équilibre entre l'offre et la demande. Pourquoi changer une formule profitable? » demande le directeur général François Tétreault.

L'été prochain verra donc le retour de plusieurs habitués, dont la hauboïste Louise Pellerin, toujours fidèle à l'abbaye Saint-Benoît-du-Lac, l'ensemble Orford Six Pianos, qui donnera son dixième concert en autant d'années et sera accompagné d'une danseuse flamenco, les Violons du Roy, chargés du concert de clôture avec le comédien Sébastien Ricard, le violoncelliste Stéphane Tétreault, le violoniste Alexandre Da Costa ainsi que les pianistes André Laplante, Jimmy Brière et Richard Raymond.  Sans oublier le Nouveau Quatuor Orford.

Mais on assistera aussi au retour d'Alain Lefèvre, qui n'était pas venu depuis 2007, à une première virée celtique du groupe Leahy, à la visite des frères Chooi (prononcez Tchou-hi) en tandem, ce qui implique de voir en même temps sur scène deux violons dont la valeur cumulative avoisine les 10 millions $ (un Stradivarius et un Guarneri).

Sans oublier les trois concerts de l'Orchestre de la Francophonie, dont les musiciens séjourneront deux semaines à Orford avant d'offrir le concert d'ouverture, dirigés à la fois par leur chef et fondateur Jean-Philippe Tremblay et le directeur artistique du Centre d'arts Orford Jean-François Rivest. Ils reviendront à la fin de juillet, cette fois accompagnés du Youth Orchestra of Americas, pour deux concerts à l'église Saint-Jean-Bosco.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer